in

Cette guêpe est capable de reconnaître les visages

Crédits : Hectonichus/wikipédia

Une étude suggère que la guêpe du nord est capable de reconnaître les visages de ses pairs. Il s’agit d’une évolution profonde pour ces insectes qui vivent au sein de sociétés très complexes.

De nombreux animaux vertébrés peuvent reconnaître des visages individuels, mais la reconnaissance faciale reste assez rare chez les insectes. Des recherches ont déjà montré que l’abeille domestique (Apis mellifera) et la guêpe européenne (Vespula vulgaris) en sont capables lorsqu’elles évoluent dans des sociétés communautaires avec de multiples reines. Dans ces conditions, la reconnaissance faciale permettrait alors de faciliter les cohabitations.

Néanmoins, elles ne sont pas les seules comme en témoigne cette nouvelle étude publiée dans PNAS.

La guêpe du nord en est aussi capable

Pour ces travaux, des chercheurs de l’Université de Cornell ont effectué une analyse du génome de l’espèce Polistes fuscatus (la guêpe dorée ou du nord) dans le but d’en apprendre davantage sur l’évolution de ses capacités cognitives. Ils ont également comparé ce génome à celui de ses deux plus proches parents.

L’idée générale consistait à isoler des signatures d’ADN témoignant d’une sélection rapide de certaines mutations. « Nous recherchions des sections d’ADN qui manquent de diversité« , précise Michael Sheehan, principal auteur de l’étude. « Cela suggère qu’à certains moments, de nouvelles mutations apparues ont été si bénéfiques qu’elles ont balayé les mutations précédentes. Plus la portion d’ADN manquant de diversité est longue, plus la sélection doit être récente et intense« .

Au terme de leurs analyses, les chercheurs ont alors découvert ce type de sélection dans les gènes liés à la vision, à l’apprentissage et à la mémoire des insectes, tous essentiels à la reconnaissance faciale. Cette évolution aurait été opérée récemment, au cours de ces derniers milliers d’années. Par ailleurs, aucune des deux autres espèces témoins n’a présenté ce schéma de sélection génétique.

« La grande question que nous voulions explorer était de savoir comment évoluent les traits complexes chez ce type d’insectes« , poursuit le chercheur. « La conclusion vraiment surprenante ici est que les pressions de sélection les plus intenses dans l’histoire récente de ces guêpes n’ont pas été liées au climat, ni à la capture de nourriture ou de parasites, mais au fait de mieux se reconnaître entre elles. C’est assez profond« .

guêpe
Crédits : Gordon Johnston/flickr

Si cette étude ne se concentre que sur quelques espèces de guêpes, les chercheurs suggèrent qu’elle pourrait également poser les bases de nouveaux travaux portant sur l’évolution de l’intelligence au sens plus large.

« Nos résultats ont indiqué que l’évolution cognitive n’est pas nécessairement progressive« , note Michael Sheehan. « Il y a des mutations qui peuvent provoquer de grands changements. Cela suggère la possibilité qu’une adaptation rapide de la capacité cognitive aurait pu également être importante chez d’autres espèces, comme le langage chez l’homme« .

Source

Articles liés :

Les guêpes seraient en train de rétrécir à cause du réchauffement climatique

Nous avons autant besoin des guêpes que des abeilles. Alors pourquoi sont-elles si détestées ?

Des araignées transformées en “zombies” par des guêpes