in

Biographie : James Cook (1728-1779), à la recherche de l’Antarctique !

Crédits : Wikipédia

Navigateur, explorateur et cartographe britannique, James Cook est le premier à avoir effectué le tour de l’Antarctique. Il est également le premier à avoir cartographié la Nouvelle-Zélande et Terre-Neuve ainsi que le premier Européen à avoir débarqué sur la côte Est de l’Australie. Malgré sa non-découverte du continent austral, ses autres découvertes et ses cartes apporteront de nombreuses connaissances aux Européens.

Jeunesse et débuts

Né en 1728, James Cook a passé le plus clair de sa jeunesse à Great Ayton, Yorkshire, dans le nord de l’Angleterre. Fils d’un maître valet de ferme, il commence a travailler avec son père à l’âge de 13 ans. Il déniche néanmoins son premier vrai emploi à 17 ans, dans un magasin de Staithes, un modeste port de pêche du Yorkshire. En 1746, il deviendra l’apprenti d’un propriétaire de navires et effectuera de nombreuses traversées en cabotage entre le fleuve Tyne et Londres.

Après son apprentissage, James Cook travaille sur des navires de commerce en mer Baltique et gravit rapidement les échelons. En 1755, l’intéressé refuse de prendre le commandement d’un de ces navires de commerce pour s’engager dans la Royal Navy (marine royale britannique). Néanmoins, il sera contraint de recommencer au bas de l’échelle en tant que gabier, matelot spécialisé dans les manœuvres de voiles.

La guerre de Sept Ans

James Cook s’est engagé dans la marine royale car celui-ci pensait que sa carrière allait décoller plus rapidement. Après avoir gravi les échelons, il devient en 1747 officier chargé de la navigation et de la manœuvre d’un navire de la marine royale. Rappelons que la guerre de Sept Ans (1756-1763) a opposé la France, l’Autriche, leurs empires coloniaux et leurs alliés à la Grande Bretagne, la Prusse, leurs empires coloniaux et leurs alliés. Durant la majeure partie de cette guerre, James Cook se trouvera dans les eaux nord-américaines. Il y effectuera ses premières campagnes, s’intéressera de plus en plus à l’hydrographie et dessinera ses premières cartes. La toute première sera produite en 1758 et représentera la baie et le port de Gaspé (Québec).

Alors que la Grande-Bretagne se prépare à attaquer le Québec (Louisiane française), Cook participe notamment au difficile sondage du fleuve Saint-Laurent. L’objectif est alors d’élaborer une carte très précise du fleuve afin que les bateaux de guerre se fraient efficacement un chemin. Peu avant la fin de la guerre de Sept Ans, en 1762, James Cook retourne en Angleterre pour se marier et est licencié. Après cela, il dessinera de nombreuses autres cartes, dont celles de la côte de Terre-Neuve et du passage du Nord-Ouest.

Les deux premiers voyages de James Cook

En 1768, la Royal Society de Londres désigne James Cook pour explorer l’océan Pacifique. Deux missions lui sont confiées : rechercher un continent austral et observer le transit de Vénus du 3 juin 1769. Il s’agit d’un moment durant lequel Vénus passe devant le Soleil, un laps de temps permettant de mesurer précisément la valeur de l’unité astronomique, c’est-à-dire la distance entre la Terre et le Soleil. Rappelons au passage que le prochain transit de Vénus ne devrait intervenir qu’en l’an 2117 !

Durant le premier voyage (1768-1771), James Cook effectue donc une observation astronomique mais sa mission échoue. En effet, les mesures effectuées ne sont pas assez précises et le supposé continent austral n’a pas été découvert. Toutefois, James Cook établira à cette occasion une carte précise de la Nouvelle-Zélande et deviendra le premier Européen à débarquer sur la côte Est de l’Australie, pays dont il était parvenu à estimer la taille.

Un an après son retour, James Cook est mandaté une nouvelle fois pour se rendre dans les mers du Sud à la recherche du continent austral. En effet, la Royal Society reste persuadée qu’un continent beaucoup plus grand se trouve au sud de l’Australie. Cette expédition, menée entre 1772 et 1775, descend donc très au sud, franchit le cercle polaire Antarctique et découvre la Géorgie du Sud et les îles Sandwich du Sud.

Après une remontée vers la Nouvelle-Zélande, les navires redescendent et passent tout près du continent Antarctique sans l’apercevoir. James Cook accoste alors à Tahiti pour se réapprovisionner et décide de redescendre. Cette nouvelle tentative le mènera aux îles Tonga, à l’île de Pâques ou encore en Nouvelle-Calédonie. Toutefois, il ne trouvera pas ce continent austral tant convoité.

Les trois voyages de James Cook l’ont mené aux quatre coins du globe.
Crédits : Encyclopedia Britannica

Le dernier voyage

Le troisième voyage de James Cook (1776-1779) passe par Tahiti, les îles Kerguelen, la Nouvelle-Zélande, et lui permet de découvrir l’île Christmas (Kiribati). Le navigateur devient en 1778 l’un des premiers Européens à accoster à Hawaï. Après être remonté le long du continent américain, James Cook tente à plusieurs reprises de franchir le détroit de Béring, sans succès. En effet, même en plein été, le détroit reste prisonnier des glaces.

L’expédition retournera à Hawaï en 1779, où James Cook perdra la vie dans un conflit opposant ses hommes aux autochtones. Ses hommes poursuivront sans lui et essuierons un nouvel et dernier échec dans le cadre d’une tentative de traversée du détroit de Béring. L’expédition longera ensuite le Japon et traversera l’Asie, puis arrivera finalement en Grande-Bretagne en 1780.

James Cook a arpenté les mers du Pacifique durant une douzaine d’années. Bien qu’il n’ait jamais trouvé l’Antarctique, il aura fait la découverte de plusieurs îles et aura dessiné de nombreuses cartes qui auront servi à d’autres explorations futures. James Cook se sera également montré capable de calculer sa longitude de manière précise, ce qui était plutôt rare à l’époque. Durant son second voyage, il aura expérimenté le chronomètre KT de Larcum Kendal, premier outil capable de donner précisément l’heure en mer. Enfin, son dernier voyage aura livré quelques enseignements concernant l’alimentation à adopter pour éviter le scorbut, une maladie due à une carence en vitamine C. Celle-ci conduit à la mort après avoir causé le déchaussement des dents, la purulence des gencives et des hémorragies.

Source

Articles liés :

A-t-on retrouvé l’épave du célèbre navire de James Cook ?

Biographie : Jacques Cartier (1491- 1557), aux origines du Canada français !

Antarctique : pourquoi des chercheurs veulent forer la glace sur plusieurs kilomètres de profondeur ?