in

Biographie : Jacques Cartier (1491- 1557), aux origines du Canada français !

Crédits : Wikipedia

L’explorateur français Jacques Cartier est le premier européen à se rendre dans le golfe Saint-Laurent et en explorer le fleuve du même nom. Le navigateur explorera également le territoire alentour qu’il nommera Canada, de l’iroquois “kanata” signifiant “village”.

Une jeunesse méconnue

Né à Saint-Malo en 1491, Jacques Cartier était fils de pêcheur et a probablement fait son apprentissage de mousse et de matelot. Néanmoins, nous ne connaissons que peu de choses à propos de sa vie entre sa naissance et son premier grand voyage de 1534. Les archives de Saint-Malo présentent Jacques Cartier comme un compère, témoin ou encore juré. Il participait donc souvent à des baptêmes et des procédures judiciaires. En 1518, il aurait eu en sa possession un livre intitulé Les loables Coustumes du pays & Duche de Bretaigne. Il s’agit d’un ouvrage dans lequel se trouvaient les règles juridiques bretonnes et les coutumes de la mer.

Expliquer la genèse du premier voyage de 1534 n’est pas chose aisée dans la mesure où nous ignorons qui est l’auteur des récits relatant les voyages de l’explorateur. Les débats sont encore vifs concernant les raisons ayant poussé le roi François 1er (1494-1547) à porter son choix sur Jacques Cartier. Toutefois, le navigateur fut présenté au roi par Jean Le Veneur, évêque de Saint-Malo. Ce dernier vantait les mérites de Jacques Cartier et de ses récents voyages (également sujets à débats) à Terre-Neuve et au Brésil. En 1532, Jacques Cartier est donc désigné pour découvrir de nouvelles terres dans le Nouveau Monde, trouver un passage vers l’Asie et éventuellement des richesses.

Le premier voyage de Jacques Cartier (1534)

Le 20 avril 1534, Jacques Cartier commande deux navires et un équipage de 61 hommes en direction de Terre-Neuve, qu’il atteint en seulement vingt jours. Un mois plus tard, il débute une exploration minutieuse du golfe Saint-Laurent. De nombreux lieux et rivières sont reconnus et nommés. Le 6 juillet 1534, l’explorateur entre pour la première fois en contact avec les premiers Amérindiens de la Nation micmac. Les marins et autochtones instaurent une relation de confiance et échangent des objets variés.

Une vingtaine de jours plus tard, Jacques Cartier arrive dans l’actuelle Gaspé et y plante une croix de 30 pieds de haut. Cet acte symbolise la revendication de ce territoire au nom du roi de France. L’explorateur et son équipage y rencontrent les Iroquoiens du Saint-Laurent, habitués des lieux dans le cadre de leurs activités de pêche. Là encore une bonne relation se met en place et le chef Donnacona autorisa Jacques Cartier à ramener deux autochtones en France. L’expédition revient en France le 5 septembre 1534.

Le premier voyage de Jacques Cartier consistait à explorer minutieusement le golfe Saint-Laurent. 
Crédits : Wikipedia

Deuxième voyage (1535-1536)

Le 19 mai 1535, Jacques Cartier repart pour un second voyage aux commandes de trois navires. Après son arrivée, l’expédition remonte le fleuve Saint-Laurent sous les conseils des Taignoagny et Domagaya, les deux Iroquoiens du premier voyage parlant désormais français. Jacques Cartier et son équipage découvrent alors qu’ils naviguent sur un fleuve lorsque l’eau devient douce. Par ailleurs, le chef Donnacona tente de dissuader les Français de remonter le fleuve afin de garder un contrôle sur le commerce. Toutefois, Jacques Cartier refuse et se remet finalement en route sans interprète. Le reste des hommes restés à terre se lancent dans la construction d’un fortin afin de se préparer au premier hiver passé par des Français au Canada.

Finalement, l’explorateur jette l’ancre au lac Saint-Pierre et poursuit en barques puisque le tirant d’eau ne permet pas d’aller plus loin. Le 2 octobre 1535, le navigateur arrive dans la région du village iroquoien Hochelaga. Cette zone comporte une colline qui sera nommée mont Royal, dominant aujourd’hui la ville de Montréal. Après l’arrivée au village, le chef indique aux Français qu’en trois jours, il pourront trouver de l’or. Il s’agit de poursuivre la remontée du Saint-Laurent puis de la rivière des Outaouais vers le nord. Après cette visite, Jacques Cartier rebrousse chemin et arrive dans la région de Québec le 7 septembre 1535.

Les relations avec les Iroquoiens sont plutôt bonnes malgré quelques échauffourées sans grande gravité. En juillet 1536, l’expédition revient en France avec le chef Donnacona emmené contre son gré afin de rencontrer le roi. À noter que durant tout ce temps, Jacques Cartier pensait explorer en partie la côte orientale de l’Asie.

Lors du second voyage, l’explorateur remonta le fleuve jusqu’à la région de l’actuelle ville de Montréal
Crédits : Wikipedia

Un dernier voyage (1541-1542)

Le troisième voyage débute en 1541 avec de cinq navires dont l’équipage se chiffrait à 1 500 hommes selon un espion espagnol. L’objectif est désormais clairement de coloniser la région, mais également de propager la foi catholique. Par ailleurs, le commandement est cette fois confié à Jean-François de La Rocque de Roberval, un noble de la cour. Jacques Cartier – qui n’est que second – part seul avec l’aval de Roberval ayant pris un certain retard dans l’organisation. Dès l’arrivée de jacques Cartier, les retrouvailles avec les indiens sont positives. Mais les relations se dégradent assez vite. Jacques Cartier décide de changer de position et fait édifier le fort de Charlesbourg-Royal, au confluent du Saint-Laurent et la rivière du Cap-Rouge.

Contre l’avis du “retardataire” Roberval, Jacques Cartier, pressé de montrer les richesses amassées, retourne en France avec de l’or et des diamants qui seront expertisés. Toutefois, il ne s’agissait en réalité que de pyrite et de quartz sans valeur. Cette désillusion en termes de richesses s’accompagne de l’échec de Roberval dans cette première tentative de colonisation de la région. En effet, Jacques Cartier a désobéi en rentrant en France plutôt que de faciliter l’installation de la colonie avec son expérience et ses hommes. Cette erreur mettra donc en grand péril les projets avec cette Nouvelle-France. Il faudra toutefois attendre les expéditions de Samuel de Champlain dès 1603 pour que la colonisation du Canada se mette réellement en place.

Sources : Dictionary of Canadian BiographyEncyclopédie Larousse

Articles liés :

Voici le plus vieux globe représentant le Nouveau Monde

On a retrouvé les ossements des premiers colons du Nouveau Monde

Découverte au Canada de 29 empreintes humaines datant de la dernière ère glaciaire