in

Un astéroïde est passé incognito à moins de 3000 km de la Terre

Crédits : urikyo33 / Pixabay

Ce dimanche, un astéroïde de la taille d’une voiture a rasé la Terre à moins de 3000 kilomètres de distance. Les astronomes n’ont remarqué son existence que six heures plus tard.

Ce dimanche, une roche grosse de 5,5 mètres de large sur deux mètres de long s’est approchée à moins de 2950 kilomètres de la Terre, filant à plus de 44 000 km/h au-dessus de l’hémisphère sud. Désormais nommé 2020 QG, l’objet n’a été détecté que six heures plus tard par l’Observatoire Palomar, en Californie. « Nous ne l’avons pas vu venir« , souligne en effet Paul Chodas, directeur du Center for Near Earth Object Studies de la NASA.

D’après ce même chercheur, ce survol est « le plus proche jamais enregistré« , si l’on écarte évidemment les quelques astéroïdes connus qui ont réellement impacté notre planète.

Notez qu’en mai dernier l’objet baptisé 2020 JJ, d’une taille comparable à celle d’une petite camionnette, était lui aussi passé incognito à seulement 13 400 kilomètres de notre planète.

Qu’il s’agisse de l’un ou de l’autre, ces deux objets ne représentaient de toute façon aucun danger pour l’humanité. En cas de « flirt » plus rapproché, l’atmosphère de notre planète se serait en effet chargée de les désintégrer, déclenchant une explosion aérienne équivalente à l’explosion de quelques dizaines de kilotonnes de TNT à environ quatre kilomètres au-dessus du sol.

astéroïde
La flèche jaune montre la direction du soleil. La bleue indique la direction de la Terre. Et enfin, les croix vertes indiquent l’emplacement de l’astéroïde toutes les trente minutes. D’après les chercheurs, l’approche la plus proche s’est faite à l’est de l’Australie. Crédits : Minor Planet Center

Rester vigilant

Toutefois, cette nouvelle intrusion dans l’environnement proche de la Terre nous rappelle à quel point il est important de surveiller le ciel de manière constante. Depuis 2005, la NASA se concentre davantage sur les roches de plus de 140 mètres de diamètre. En mai 2019, l’agence a déclaré avoir déniché moins de la moitié des 25 000 objets estimés de cette taille ou plus dans le Système solaire.

Cette menace est d’ailleurs tellement prise très au sérieux que l’ESA et la NASA se sont associées dans le cadre de la mission DART (Double Asteroid Redirection Test), qui vise à faire dévier la trajectoire d’un astéroïde en 2022. Les deux agences ont d’ores et déjà choisi leur cible : (65 803) Didymos, un astéroïde binaire découvert en 1996.

Malgré tout, certaines, plus petites, pourraient faire également beaucoup de dégâts. En juillet 2019, un astéroïde de 130 mètres est notamment passé à moins de 72 400 kilomètres de notre planète (moins de 20% de la distance Terre-Lune). Et les astronomes n’avaient détecté sa présence que quelques jours avant son approche la plus proche. En cas d’impact, une telle roche aurait pu tuer des dizaines de milliers de personnes.

Dès l’année prochaine, les chercheurs pourront néanmoins compter sur le soutien de l’Observatoire Vera C. Rubin. Cet instrument permettra la découverte de milliers de nouveaux astéroïdes, dont certains pourraient constituer une menace pour notre planète.