in

YouTube interdit toute désinformation anti-vaccin

Crédits : StockSnap/Pixabay

Les responsables de YouTube ont déclaré ce mercredi qu’ils supprimaient les comptes de plusieurs militants anti-vaccins de leur plate-forme. Seront concernés tous les contenus qui prétendent faussement que les vaccins approuvés sont dangereux pour la santé humaine.

Les mouvements antivax

La vaccination est un sujet qui divise depuis environ deux décennies. C’est Andrew Wakefield qui, à la base, avait publié un document de recherche frauduleux établissant un lien entre le vaccin ROR (rougeole, oreillons et rubéole) et l’autisme.

L’auteur de ce papier a depuis été discrédité, mais une méfiance à l’égard des vaccins s’est installée malgré tout, avant de prendre de plus en plus d’ampleur. Il y a deux ans, une enquête mondiale sur les sentiments à l’égard des vaccins avait alors souligné une véritable crise de confiance, notamment en Europe, et particulièrement en France, championne du monde des anti-vaccins.

Ce phénomène antivax s’est de nouveau illustré dans le cadre de la pandémie de Covid-19, les plus soupçonneux arguant que les sérums proposés par les différents laboratoires positionnés ont été développés trop vite. Pour d’autres, il s’agirait également d’un moyen de contrôler les populations à des fins obscures. Ainsi depuis plusieurs mois, les faux récits sur le Covid-19 et les mythes antivax pullulent sur les réseaux sociaux, malgré les efforts de modération.

Il y a un an, YouTube avait déjà décidé d’interdire les vidéos comprenant des informations contraires au consensus des autorités sanitaires ou de l’OMS, considérées par les chercheurs comme un facteur d’hésitation à vacciner. Plusieurs chaînes d’antivax influents, comme celles des Français Jean-Jacques Crèvecoeur, Christian Tal Schaller, Silvano Trotta ou Salim Laïbi, avaient alors été supprimées.

Mais force est de constater que ces mesures n’ont pas été suffisantes. En conséquence, et suite à la désinformation qui circule encore sur les vaccins, YouTube a décidé de muscler son dispositif.

vaccin pfizer youtube
YouTube a déclaré qu’il interdisait les comptes de plusieurs éminents militants anti-vaccins de sa plate-forme. Crédits : KitzD66/piuxabay

YouTube supprimera toute vidéo mettant en cause les vaccins reconnus

Dans un article de blog publié ce mercredi 29 septembre, YouTube (et par extension Google) a en effet déclaré qu’il supprimerait les vidéos affirmant que les vaccins ne réduisent pas les taux de transmission ou de contraction de la maladie, et le contenu contenant de la désinformation sur la composition des vaccins. Les informations selon lesquelles les vaccins contiendraient des nano-puces ou seraient la cause de l’autisme, de cancers ou d’infertilité seront également supprimées.

«La mise à jour de la politique d’aujourd’hui est une étape importante pour lutter contre la désinformation sur les vaccins et la santé sur notre plate-forme, et nous continuerons à investir à tous les niveaux dans des politiques qui apportent à ses utilisateurs des informations de haute qualité», a déclaré la société.

D’un autre côté, les témoignages personnels relatifs aux vaccins, le contenu sur les politiques vaccinales et les nouveaux essais de vaccins, ainsi que les vidéos historiques sur les succès ou les échecs des vaccins seront autorisés à rester sur le site. Par exemple, YouTube ne supprimera pas une vidéo d’un parent parlant de la réaction négative d’un enfant à un vaccin. En revanche, la plate-forme supprimera une chaîne dédiée aux parents fournissant de tels témoignages.

Naturellement, les mesures de YouTube ne règleront pas tout. Le Dr Mercola, un médecin ostéopathe considéré comme l’un des influenceurs les plus importants du mouvement antivax, a vu son compte YouTube (un demi-million d’abonnés) supprimé. En revanche, ses comptes Facebook et Instagram totalisent encore plus de trois millions d’abonnés, tandis que son compte Twitter en compte plus de 320 000.