in

Voici les mesures drastiques à mettre en oeuvre en France pour rester sous la barre des 1,5°C

Crédits : Wikimedia Commons.

2018 a été la quatrième année la plus chaude jamais enregistrée depuis 1880. Et la France, comme le reste de l’Europe, n’a pas été épargnée. Pour rester « dans les clous » de l’Accord de Paris (rester sous la barre d’une hausse de 1,5 °C d’ici 2030), des mesures drastiques doivent être prises.

Certaines sont réalistes, d’autres beaucoup moins. Qu’on se le dise, pour limiter la hausse des températures dans les prochaines décennies, beaucoup d’efforts devront être faits. Dans un rapport publié il y trois mois, le cabinet B&L évolution a tenté d’évaluer l’ampleur de ces mesures, en s’appuyant sur l’étude proposée par le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) en octobre 2018. Le papier avait en effet noté l’urgence de mettre en place des transformations « rapides » et « sans précédent » pour espérer contenir le réchauffement planétaire. Ces efforts, en voici quelques-uns, dévoilés par une infographie signée Novethic.

Télétravail, transports en commun…

Par exemple, il sera vivement conseillé de mettre en place une généralisation du télétravail – au mois deux jours par semaine – à compter de 2025 pour tout salarié habitant à au moins 10 km de son lieu de travail. Nous devrions également multiplier par deux nos trajets en transports en commun, et par 6 nos trajets en vélo.

Le rapport préconise également l’interdiction de se chauffer au fioul d’ici 2026, ou encore que les constructions neuves soient exclusivement de l’habitat collectif avec une surface de 30m2 maximum par habitant. Côté biens, le cabinet conseille de limiter l’achat de vêtements neufs (1 kg max) par an et par personne dès 2022.

Moins d’avion, moins de viande, et plus de terres cultivables…

Côté transports, il sera important de privilégier le train ou la voiture pour les trajets intérieurs de mois de 4 heures. Ne réservez l’avion que pour les longs trajets, et ce dès 2022, sous réserve d’une justification. Il est également préconisé de mettre en place des quotas pour les trajets en avion. Un maximum de deux vols long-courriers aller-retour par an pour les jeunes de 18 à 30 ans, par exemple.

Enfin côté alimentation : la consommation de viande doit considérablement baisser (en étant divisée par trois ou quatre). L’élevage d’animaux destinés à l’abattoir reste une entreprise beaucoup trop énergivore. Par ailleurs, toute parcelle de jardin devra être productive et le nombre d’agriculteurs devra être multiplié par deux avant 2030. Ce ne sont ici que des exemples. L’ensemble des mesures proposées est visible ci-dessous :

mesures france réchauffement climat
Crédits : Novethic

En suivant ces mesures, notre empreinte carbone – en France – pourrait passer de 10,5 tonnes d’équivalent CO2 par habitant actuellement à 3,7 tonnes de CO2 en 2030. Chaque secteur sera impacté. Bien évidemment, il y a fort à parier que professionnels comme particuliers ne seront pas prêts pour une telle métamorphose, une telle rigueur environnementale. Mais comme le dit Bob Hunter, un des fondateurs de Greenpeace : « tous les grands changements semblent impossibles au début, mais inévitables à la fin ».

Source

Articles liés :

Les océans se réchauffent 40 % plus rapidement qu’on ne le pensait

En 2030, le climat de la Terre pourrait ressembler à celui du Pliocène moyen

Infographie : un siècle de réchauffement climatique en 35 secondes