in

Une sonnette connectée “témoin” dans une affaire de meurtre !

Crédits : Ring / Wikipédia

Malgré les controverses entourant les objets connectés, ceux-ci peuvent parfois largement dépasser le cadre de leur utilité première. Aux États-Unis, un homme a récemment été appréhendé par la police alors qu’une sonnette connectée avait enregistré ses aveux à son insu !

Des aveux involontaires

La vidéosurveillance en général fait depuis longtemps l’objet de critiques diverses. Toutefois, les autorités y ont souvent recours pour élucider des affaires parfois sanglantes. Comme l’a dévoilé la chaîne locale KSAT-12 le 28 décembre 2019, une simple sonnette vidéo connectée a permis d’appréhender un suspect accusé de meurtre à Austin (Texas, États-Unis).

Michael Egwuagu est un ancien joueur de football américain de l’Université du Texas à San Antonio. Or, l’homme a été arrêté par la police pour avoir involontairement fait des aveux enregistrés par la fameuse sonnette. Ce dernier a déclaré avoir assassiné sa sœur Chima Ebichi, 32 ans. L’autopsie a révélé que cette dernière, enceinte de trois mois au moment des faits, avait été poignardée à plusieurs reprises.

accusé meurtre
Crédits : capture YouTube / KSAT-12

Une preuve irréfutable

La sonnette connectée a donc immortalisé le visage du meurtrier ainsi que sa voix. En effet, celui-ci s’est écrié « J’ai tué Jennifer » en sortant de la maison. Les voisins ont également donné leur version des faits. Alertés par des cris, ceux-ci sont sortis et ont aperçu l’homme tout sourire, tenant un couteau de cuisine maculé de sang. Après être arrivés sur les lieux, les secours ont tenté de réanimer la victime, sans succès selon un porte-parole des autorités locales. Ainsi, Michael Egwuagu a été inculpé de meurtre.

Comme les caméras de surveillance, les sonnettes vidéo connectées ont plutôt mauvaise réputation. Logiquement, la plupart des invectives concernent la vie privée et la possibilité pour la police d’obtenir des images. Toutefois dans ce genre de cas, force est de constater que ces sonnettes connectées peuvent être très utiles. Identifier un criminel devient parfois plus facile et les images peuvent servir de preuves devant la cour.

D’autres critiques concernent le manque de sécurité des sonnettes connectées. En 2018, un agent immobilier a été contacté par un hacker directement via la caméra Nest de son domicile.  Heureusement, il s’agissait d’un “white hat” désirant prévenir les failles de sécurité. Hors, l’homme n’avait pas protégé son compte au moyen du système de double authentification.

Source

Articles liés :

Et si votre aspirateur connecté se retournait contre vous ?

Coup d’éclat ! Comment des pirates ont sauvé 26 millions de cartes de crédit volées

Piratage : une puce espionne à seulement deux dollars !