SpaceX vient de placer 58 nouveaux satellites Starlink en orbite. La société a également joué les chauffeurs pour une autre entreprise, et battu le record de lancements pour un même booster.

Outre la mise en place des premières missions commerciales, la majeure partie de l’activité de SpaceX concerne les lancements de ses propres satellites Starlink. Pour rappel, il est question d’en déployer au moins 12 000 en orbite basse au cours de ces prochaines années. Le but : fournir un accès internet à très haut débit à l’ensemble de la planète.

Nouveau lancement, nouveau record

Ce mardi 18 août, la société a lancé un nouveau lot de 58 de ces satellites, portant le nombre total de ces instruments en orbite à 653. La fusée a décollé à 16h31 (heure française), depuis la Space Launch Complex 40 de la base aérienne de Cap Canaveral (Floride).

Il s’agissait de la 11e mission Starlink de SpaceX depuis 2019, et de la 13e mission globale de l’entreprise pour 2020. À ce rythme, la société devrait donc pouvoir battre son record de l’année 2018, durant laquelle elle avait enregistré 21 lancements.

Cette mission a également marqué le sixième envol d’un même booster, un record. Ce premier étage avait déjà soutenu la mission Telstar 18 VANTAGE en septembre 2018, la mission Iridium-8 en janvier 2019, et trois missions Starlink en mai 2019, janvier 2020 et juin 2020.

Quelques minutes après le lancement, ce premier étage est une nouvelle fois revenu sur Terre, amerrissant avec succès sur une plateforme stationnée dans l’océan Atlantique.

Notez que le carénage du Falcon 9 (le nez à l’intérieur duquel tous les satellites ont été installés) avait déjà été utilisé lors du quatrième lancement de Starlink.

Pare-soleil et co-voiturage

Dans le cadre de ce nouveau lancement, tous les satellites Starlink ont de nouveau été équipés de « pare-soleil » spéciaux visant à empêcher la lumière solaire de se refléter sur les parties les plus brillantes des instruments. C’est, pour l’heure, le meilleur moyen de ne plus gêner les observations des astronomes.

Enfin, SpaceX a profité de cette nouvelle mission pour déployer trois satellites SkySats de la société Planet Labs. Ces petits instruments ont été libérés environ 12 minutes et demie après le décollage, suivis des satellites Starlink environ 35 minutes plus tard.

C’est la troisième fois que l’entreprise propose ce service de « covoiturage spatial ». Trois petits satellites construits par la même entreprise avaient également été libérés en juillet dernier. Début août, SpaceX avait également déployé deux satellites d’observation de la Terre pour le compte de la société Spaceflight.