in

Selon les prévisions du Met Office, 2019 ne serait pas loin d’établir un nouveau record de chaleur planétaire

Crédits : Berkeley Earth.

À chaque fin d’année, le Met Office fournit une prévision de l’anomalie de température à l’échelle globale pour l’année suivante. À ce titre, fin 2018, on pouvait lire sur le site du service météorologique que 2019 devrait se classer parmi les 5 années les plus chaudes à l’échelle planétaire – ceci depuis le début des mesures en 1850.

L’anomalie prévue pour 2019 se chiffre à 1,10 °C au-dessus des valeurs préindustrielles établies sur la période 1850-1900. Elle est présentée avec une barre d’incertitude de ± 0,12 °C (0,98 °C à 1,22 °C). La valeur centrale de 1,10 °C est proche du record de 1,15 °C établi en 2016 au cours d’un puissant événement El-Niño. En prenant en compte la limite supérieure de la barre d’incertitude, il est même possible que ce record soit battu. Nous n’en sommes toutefois pas encore là.

température globale
Évolution de l’anomalie de température annuelle à l’échelle globale depuis 1850 (base 1850-1900). La prévision pour 2019 est représentée par l’intervalle vertical vert. La valeur la plus probable est marquée par un trait noir horizontal. Crédits : Met Office.

Comment est élaborée cette prévision ?

Les valeurs présentées sont obtenues par une approche qui tire parti d’un système de prévision statistique ainsi que d’un modèle dynamique de climat. Elle tient compte de facteurs clés comme l’évolution des gaz à effet de serre ou la variabilité naturelle, dont les événements El-Niño et La-Niña sont une manifestation. Toutefois, les facteurs non prédictibles comme la survenue d’une éruption volcanique intense ne sont pas pris en compte. Ainsi, dans le cas où un tel phénomène se produisait, la prévision serait évidemment mise à mal.

Lorsque l’on compare les prévisions aux observations sur la dizaine d’années passées, il n’apparaît pas de biais chaud ou froid évident dans les prédictions. La précision est de l’ordre de 80 %. Selon Folland & al., « une telle compétence indique que nous avons une bonne compréhension des principaux facteurs qui influent sur la température moyenne globale en surface ».

Un climat en évolution rapide

« Nos prévisions suggèrent que, d’ici la fin de l’année 2019, 19 des 20 années les plus chaudes auront été enregistrées depuis l’an 2000 », indique Adam Scaife, responsable de la prévision mensuelle à décennale au Met Office. « Les prévisions pour 2019 placeraient celle-ci parmi les cinq années les plus chaudes, lesquelles auraient alors toutes été établies depuis 2015 », précise quant à lui Doug Smith, chercheur associé au service britannique. « Toutes ces années ont été environ 1 °C plus chaudes que la période préindustrielle », poursuit-il.

Ainsi, que 2019 établisse un nouveau record de chaleur à l’échelle planétaire ou non, la tendance de fond au réchauffement climatique se poursuit activement. À ce sujet, une récente étude a  d’ailleurs conclu que la prétendue pause dans la hausse des températures globales entre la fin des années 1990 et le début des années 2010 n’aurait jamais eu lieu. En bref, les années passent et la marge de manœuvre pour limiter le réchauffement global sous la barre des 2 °C se réduit à vue d’œil…

Source

Articles liés :

Dérèglement climatique : « Nous nous dirigeons de plus en plus vite vers le bord de la falaise »

En 2030, le climat de la Terre pourrait ressembler à celui du Pliocène moyen

Infographie : un siècle de réchauffement climatique en 35 secondes !