in

Selon ces chercheurs, il existerait une taille de cerveau idéale !

Crédits : iStock

Il est commun de penser que les cerveaux ayant le plus d’interconnexions au niveau des neurones sont les plus intelligents. La taille du cerveau serait donc relative au niveau d’intelligence… Mais selon des chercheurs britanniques, seulement à un certain point.

La taille du cerveau liée à l’intelligence

Cela se vérifie souvent dans le règne animal : la taille du cerveau est en lien avec le niveau de difficulté imputé aux tâches à accomplir. Il est donc plutôt logique de penser que la taille du cerveau est relative au degré d’intelligence, en considérant le nombre de neurones et d’interconnexions présentes.

Dans leur étude publiée dans la revue PNAS le 21 mai 2019, les chercheurs de l’Université de Cambridge (Royaume-Uni) ne sont pas en désaccord avec les affirmations formulées ci-avant. En revanche, ils estiment que les connexions synaptiques pourraient être néfastes aux capacités d’apprentissage en cas de présence trop importante. Le fait est que statistiquement parlant, plus le nombre de neurones est conséquent, plus les risques d’erreur sont présents.

« En bref, l’ajout de neurones et de connexions au cerveau peut aider à l’apprentissage, jusqu’à un certain point », a déclaré dans un communiqué le docteur Timothy O’Leary, principal meneur de l’étude dont l’objectif est de s’intéresser aux imperfections biologiques.

cerveau
Crédits : Max Pixel

Quelle en est la cause ?

Selon les chercheurs, si un nombre trop important de neurones peut nuire à l’apprentissage, cela est le fait du bruit synaptique. Les connexions permettant la transmission des informations génèrent en effet un bruit. En conséquence, une quantité trop importante de neurones occasionnerait un bruit trop élevé. Nous pouvons dans ce cas parler d’hyperconnectivité corticale, un phénomène connu pour jouer un rôle dans certains troubles neuro-développementaux tels que l’autisme.

Un ajout de neurones pourrait évidemment augmenter l’intelligence et faciliter l’apprentissage de nouvelles tâches. Cependant, ceci serait vrai jusqu’à un certain point, autrement dit une taille idéale du cerveau. Alors que cette dernière n’a pas encore été déterminée, les chercheurs estiment que dans ce cas, des connexions supplémentaires s’avéreraient inutiles voire néfastes. En revanche, s’il est question d’une taille inférieure à cet idéal, l’ajout de connexions est naturellement bénéfique, même dans le cas d’une redondance. Justement, cette redondance permet de limiter les effets négatifs du bruit synaptique !

Sources : Medical XpressBiotechnika

Articles liés :

Des scientifiques sont parvenus à créer des neurones… avec des cellules sanguines !

Les scientifiques ont découvert un tout nouveau type de neurones “GPS”

Cette start-up vous propose de garder votre cerveau au frais pour plus tard