in ,

Quel est ce réacteur “open rotor” présenté par Safran ?

Crédits : Imaginactive

Il y a peu, le groupe français Safran a dévoilé un nouveau propulseur dont les promesses ne laissent personne indifférent. Et pour cause, l’industriel promet de faire économiser aux avions environ 20 % de carburant. Ceci pourrait donc permettre d’économiser sur le plan financier tout en limitant un peu plus l’impact sur l’environnement.

Une vision pour l’avenir

Safran est un grand groupe industriel et technologique français œuvrant dans les domaines de l’aéronautique, le spatial ainsi que la défense. Au sein du consortium CFM, Safran est associé à GE Aviation. Comme l’explique The Drive dans un article du 16 juin 2021, ces deux sociétés ont présenté un propulseur au design “open rotor” qui serait capable de donner les moyens aux avions d’économiser 20 % de carburant. Or, lorsque l’on rapporte ce chiffre à l’ensemble du secteur de l’aviation civile, la promesse est énorme. En effet, il s’agirait d’économiser des dizaines de milliards de dollars de kérosène, mais également de limiter les rejets de CO2, et donc l’impact sur l’environnement.

Par ailleurs, le propulseur en question s’inscrit visiblement dans l’avenir. Selon Safran, ce dernier serait entièrement compatible avec une propulsion à l’hydrogène. Aujourd’hui, plusieurs sociétés planchent sur des projets d’avions à hydrogène, dont Airbus et son avion “zero emissions ” qui devrait voir le jour vers 2035. Safran envisage également une hybridation électrique afin d’augmenter l’efficience globale du propulseur.

propulseur open rotor
Crédits : capture YouTube/Safran

Une technologie qui n’est pas nouvelle

Dans une publication de 2019, le directeur R&D de Safran expliquait déjà les détails de ce qui devrait représenter une véritable rupture dans le secteur de l’aviation civile. L’intéressé soulignait déjà une énorme économie financière et une importante chute des émissions de CO2. Baptisé CFM Rise, le propulseur arbore un design complètement différent des turboréacteurs actuels. Par “open rotor ”, il faut comprendre la fin du coffrage.  Les hélices – en carbone composite – se trouvent à l’air libre, ce qui augmente leur surface efficace. Derrière ces mêmes hélices, nous retrouvons des ailettes mobiles ayant pour mission de gérer les flux d’air.

Malgré le caractère innovant de ce projet, il faut savoir que la technologie open rotor n’est pas nouvelle. En effet, celle-ci avait déjà fait l’objet d’une exploitation dans les années 1970. À l’époque, si les économies d’énergie était conséquentes, le prix du carburant était encore trop bas pour assurer un intérêt économique. De plus, les technologies à l’œuvre ne donnaient pas encore la possibilité de gommer les nuisances sonores de ce type de configuration. Concernant le bruit, Safran promet un niveau sonore comparable à celui des turboréacteurs actuels. Et pourtant, le diamètre du CFM Rise a un diamètre deux fois supérieur, soit environ 4,50 m.

Particulièrement confiant, Safran annonce que les recherches concernant ce type de propulseur devraient aboutir sur une mise sur le marché vers 2035. En attendant, les turboréacteurs actuels continuent leur progression avec l’arrivée d’une dernière génération. L’exemple le plus parlant n’est autre que le GE9X de Général Electric qui devrait équiper les avions 777X de Boeing.