in

Pourquoi trouve-t-on encore des cendriers dans les avions ?

cendrier
Crédits : Max Pixel

Depuis 25 ans en Europe, il est interdit de fumer durant un vol. Toutefois, des cendriers sont encore présents dans les appareils, notamment au niveau des toilettes. En réalité, la présence de ces cendriers n’a rien de très exceptionnel.

Des cendriers présents malgré l’interdiction

Depuis 1997, il est interdit de fumer dans les avions et la raison de cette mesure est implacable : le risque d’incendie à bord de l’appareil. Bien que la possibilité qu’un incendie se déclenche en cabine à cause d’une cigarette est minime, celui-ci a toujours existé. Mais alors, pourquoi y a-t-il encore aujourd’hui des cendriers dans les avions alors que l’interdiction est en vigueur depuis plusieurs décennies ?

« C’est une obligation légale d’avoir un endroit sécurisé où jeter les cigarettes à bord, au cas où quelqu’un ne respecterait pas l’interdiction de fumer. Nous préférons qu’ils utilisent des cendriers, plutôt que de provoquer un risque d’incendie en cachant les mégots dans un coin » a déclaré Jessica, hôtesse de l’air dans une publication TikTok en août 2022.

@jessicaaamot

Please don’t try to smoke on board 🥲#aviation #aviationlife #aviationlovers #aviation_ #foryouu #flight #flightmode #didyouknow #explained #aircraft #boeing #airbus #flightattendant #cabincrew @BOEING @Airbus

♬ She Share Story (for Vlog) – 山口夕依

Un drame à l’origine de la mesure

Auparavant, les passagers étaient complètement libres de fumer en cabine. Cependant, un accident tragique a changé la donne. Le 11 juillet 1973, le vol Varig 820 – de la compagnie aérienne brésilienne Varig – a subi un atterrissage forcé. Reliant Rio de Janeiro à Paris, l’avion arrive à la fin de son voyage lorsque, au moment de la descente sur l’aéroport d’Orly, un incendie se déclare à bord. Selon l’enquête, le feu est parti des toilettes se trouvant à l’avant de l’appareil, la fumée gagnant rapidement la cabine et le cockpit. La fumée est alors si intense que le commandant de bord n’a d’autre choix que d’ouvrir son hublot afin de dissiper cette dernière.

En état d’urgence, le contrôleur aérien change le plan d’atterrissage afin que l’avion se pose sur la piste d’accès la plus directe. À cinq kilomètres de la piste, la situation devient intenable, si bien que les pilotes décident d’atterrir sans attendre. L’appareil heurte des arbres et se pose en catastrophe dans un champ voisin. Le drame aura coûté la vie à 123 personnes, malgré 11 survivants – 10 membres d’équipage et un passager.

Plusieurs catastrophes du même type

Si la cause de l’incendie n’a jamais été réellement déterminée, l’hypothèse la plus probable est celle d’un mégot de cigarette mal éteint puis jeté dans la poubelle des toilettes. Suite à la catastrophe, la Federal Aviation Administration (FAA) aux États-Unis publie une directive de navigabilité exigeant l’installation de pancartes d’interdiction de fumer dans les toilettes. Il devient également obligatoire de jeter les mégots dans les réceptacles à déchets.

Le premier pays à bannir le tabagisme dans les avions est l’Australie en 1987, suivie par les États-Unis en 1988 et l’Europe en 1997. Rappelons que d’autres catastrophes du même genre ont eu lieu en 1983 (vol 797 Air Canada), en 1987 (vol 295 South African Airways), en 1996 (vol ValuJet 592) et en 1998 (vol 111 Swissair).