in

Pour le lancement du James Webb Telescope, il va (encore) falloir attendre

Crédits : NASA

Il était normalement prévu de lancer le très attendu James Webb Telescope au mois de mars prochain. Malheureusement le développement de l’instrument a pris trop de retard.

Ce mercredi, le chef des programmes scientifiques de la NASA, Thomas Zurbuchen, a déclaré que le télescope spatial James Webb ne pourrait être lancé en mars 2021, comme prévu. On s’y attendait un peu. Un rapport du gouvernement publié en janvier avait en effet déjà souligné qu’il n’y avait que 12% de chances que l’instrument soit lancé dans les délais.

La pandémie de Covid-19, déclarée entre-temps, n’a évidemment rien arrangé. L’État de Californie, où se trouve actuellement le James Webb Telescope, avait en effet été placé en confinement dès le 19 mars. Partant du principe que seuls les déplacements essentiels étaient dès lors autorisés dans la région, tout le monde n’était pas disponible dans les locaux de la NASA.

Au final, seul un quart des effectifs normalement déployés sur le télescope ont été en mesure de poursuivre son développement durant cette période, estime Zurbuchen.

Une nouvelle date annoncée cet été

La NASA et son partenaire Northrop Grumman, qui construit une partie du télescope, évaluent actuellement le calendrier à venir. Pour l’heure, rien de concret. Tout dépendra finalement de la situation pandémique. Zurbuchen espère néanmoins un rapide retour à la normal dans le but de fixer une nouvelle date de lancement. Cet examen du calendrier devrait se terminer à la fin du mois de juillet.

Le James Webb Telescope, désigné comme le successeur de Hubble, n’en est pas à son premier report. C’est même un habitué. Pour rappel, l’instrument devait initialement être lancé en 2018.

Depuis, des problèmes techniques se sont accumulés, alourdissant toujours un peu plus la facture. Évalué à 4,5 milliards de dollars en 2005, le coût du télescope a ensuite été régulièrement réévalué au cours des années suivantes. Le rapport de janvier dernier estimait aujourd’hui le coût de son développement à quasiment 10 milliards de dollars. Et ce n’est pas fini.

James Webb télescope spatial
Crédits : Wikimedia Commons / Kevin Gill

Pourquoi il vaut la peine d’attendre

Le télescope, qui doit être lancé par une fusée Ariane 5 depuis la Guyane, sera positionné en orbite autour du point de Lagrange L2 du système Soleil-Terre, à 1,5 million de kilomètres de la Terre du côté opposé au Soleil. De là, grâce à son “oeil” concentré sur les longueurs d’ondes infrarouges, il sera en mesure de sonder l’univers primitif comme jamais auparavant.

Le télescope pourra alors observer les premières étoiles et galaxies se former, et répondre à certaines questions restées pour le moment sans réponses : pourquoi et comment se forment ces objets ? Quelles relations entretiennent-ils avec leurs trous noirs supermassifs ? Qu’est-ce qui déclenche la formation des étoiles ?

L’instrument sera également capable de mesurer la composition moléculaire des atmosphères d’exoplanètes proches, permettant ainsi d’estimer leur degré d’habitabilité.

D’où venons-nous ? Sommes-nous seuls dans l’Univers ? Finalement, grâce au James Webb Telescope, nous pourrions bientôt être en mesure de répondre à certaines des questions les plus fondamentales de l’Univers.