in

Une nouvelle flotte de satellites pour surveiller l’état de santé de la Terre

Crédits : Planète Labs

Basée à San Francisco, la société Planet Labs vise à déployer une nouvelle constellation de trente-deux satellites d’observation de la Terre. Baptisée Pelican, cette flotte surveillera l’évolution des catastrophes naturelles et les effets continus du changement climatique de manière plus précise et régulière.

Planet Labs, qui exploite déjà les constellations PlanetScope et SkySat (plus de deux cents satellites), veut faire plus. Son objectif : imager chaque jour l’ensemble de la masse continentale de la Terre dans le but de rendre le changement global visible, accessible et exploitable. Pour ce faire, la société développe une nouvelle constellation de trente-deux satellites nommée Pelican « conçue pour capturer efficacement des événements brefs et changeant rapidement au fur et à mesure qu’ils se déroulent« , selon un communiqué.

La construction de la flotte doit commencer l’année prochaine dans son usine de San Francisco.

Une flotte plus performante

En travaillant ensemble, les satellites de la constellation Pelican permettront une imagerie plus fréquente de sites uniques (jusqu’à douze fois par jour, et jusqu’à trente fois par jour aux latitudes moyennes). À titre de comparaison, le principal concurrent de Planet Labs, Maxar, propose de revisiter des emplacements uniques jusqu’à quinze fois par jour. Ces nouveaux satellites promettent également des résolutions spatiales plus élevées (trente centimètres). Enfin, selon la société, le système devrait aussi permettre un accès plus rapide aux données grâce à une latence améliorée.

En évoluant à une altitude de 325 km, la constellation gardera ainsi un œil sur les systèmes naturels de la Terre, permettant le suivi d’éléments tels que les changements démographiques progressifs, les zones de conflit, les tempêtes, les incendies de forêt et les autres événements en garantissant des images « avant/après » très détaillées. Ces données pourront également permettre de mieux caractériser les moteurs des changements environnementaux qui menacent les écosystèmes protégés.

« Pelican répondra aux besoins changeants des clients qui veulent des informations en temps réel sur les événements mondiaux au fur et à mesure qu’ils se déroulent« , souligne en effet Will Marshall, cofondateur et PDG de Planet Labs. Côté clients justement, la société ciblerait les secteurs de la défense et du renseignement, les gouvernements civils, mais aussi les scientifiques et autres éditeurs de logiciels (pour le développement de cartes notamment).

Les satellites Pelican disposeront de capacités de propulsion électrique permettant une maniabilité plus agile à basse altitude. Chaque unité sera également capable de se désorbiter en toute sécurité une fois sa durée de vie opérationnelle terminée. Enfin, la société assure que sa constellation ne perturbera pas les recherches astronomiques au sol.