in

Où en sont les échantillons d’astéroïdes de la NASA ?

échantillons OSIRIS-REx astéroïde
Crédits : Goddard Space Flight Center de la NASA

Le vaisseau spatial chargé de rapporter sur Terre les premiers échantillons d’astéroïdes de la NASA vient de modifier sa trajectoire avec succès. La mission est en bonne voie pour atterrir l’année prochaine, mais il reste encore du travail.

Le 21 octobre 2020, OSIRIS-REx se posait avec succès sur l’astéroïde Bennu à plus de trois cents millions de kilomètres de la Terre, déployant son mécanisme de prélèvement d’échantillons. Sur place, la sonde en a recueilli plus de soixante grammes dans le but de les rapporter sur Terre. Mais il s’en est fallu de peu. Si le vaisseau n’avait pas déclenché ses propulseurs à temps pour prendre le large immédiatement après sa collecte, ce dernier aurait en effet littéralement « coulé » dans l’astéroïde, comme dans des sables mouvants.

Aux dernières nouvelles, il était prévu que la sonde revienne sur Terre en septembre 2023. A priori, tout devrait se passer comme prévu. Le 21 septembre dernier, OSIRIS-REx a en effet déclenché ses propulseurs pendant trente secondes. Le but était de se placer sur une trajectoire de rencontre avec la Terre. Il s’agissait de la première « brûlure » de la sonde depuis son départ de l’astéroïde le 10 mai 2021.

extraterrestre invasion biologique osiris-rex astéroïde bennu
Illustration d’OSIRIS-REx au départ de l’astéroïde Bennu. Crédits : NASA / Goddard / University of Arizona

D’autres manoeuvres nécessaires

Le travail n’est pas fini pour autant. En restant sur sa trajectoire actuelle, le vaisseau passerait à environ 2 200 kilomètres de la Terre. D’autres manoeuvres seront donc nécessaires (juillet 2023) pour livrer la capsule d’échantillons avec succès, le but étant d’arriver à la bonne vitesse et selon le bon angle. Si la capsule n’est pas assez inclinée, elle rebondira hors de l’atmosphère. Dans le cas contraire, elle brûlera dans l’atmosphère terrestre.

Ces manoeuvres amèneront le vaisseau à environ 250 kilomètres de la surface de la Terre. De là, il pourra libérer sa capsule d’échantillons dans l’atmosphère pour un atterrissage de précision guidé par parachute. Si tout se passe comme prévu, les échantillons retomberont dans une zone d’essai et d’entraînement de l’Air Force dans le désert du Grand Lac Salé (Utah).

osiris échantillon astéroïde
Le vaisseau spatial Osiris-Rex touche la surface de l’astéroïde Bennu le mardi 20 octobre 2020. Crédits : Nasa

Une « relique » du système solaire

La cargaison sera ensuite récupérée puis amenée dans un laboratoire dédié au Johnson Space Center à Houston. Ici, les scientifiques utiliseront des équipements spécialement conçus pour empêcher toute contamination. Les échantillons seront également envoyés à des équipes du monde entier, tandis qu’un grand échantillon sera conservé pour que les générations futures puissent l’étudier avec des instruments plus pointus. La même chose avait été faite avec les échantillons lunaires des missions Apollo.

Les astéroïdes étant constitués de matériaux quasi inchangés depuis environ 4,6 milliards d’années, les chercheurs espèrent en apprendre davantage sur les éléments constitutifs du système solaire, et potentiellement même sur ceux de la vie elle-même.