in

Nous pourrions enfin savoir ce qui déclenche les ères glaciaires de la Terre

Crédits : pixabay

Au cours des dernières 540 millions d’années, notre planète a connu trois grands âges de glace. Une équipe de chercheurs du MIT vient peut-être d’identifier le déclencheur probable de ces événements.

L’Ordovicien supérieur (455 à 440 millions d’années), le Permo-carbonifère (335 à 280 millions d’années) et le Cénozoïque (35 millions d’années)… Ce sont trois des plus grandes périodes glaciaires que notre monde ait jamais connues. À l’origine de ces trois événements ? Des “accidents” géologiques, rapporte une étude publiée dans Science. Ces trois dernières grandes périodes glaciaires auraient en effet été précédées de frottements entre plaques tectoniques. Et toutes se trouvaient près de l’équateur terrestre.

Puits de carbone

Plus précisément, des plaques océaniques auraient “grimpé” sur des plaques continentales. Ceci aurait eu pour effet d’exposer des dizaines de milliers de kilomètres de roches océaniques dans un environnement tropical. Le calcium et le magnésium contenus dans des roches auraient ensuite réagi avec le dioxyde de carbone atmosphérique, le piégeant de manière permanente dans la roche nouvellement exposée. Et moins vous avez de dioxyde de carbone dans l’atmosphère, plus les températures baissent.

Avec le temps, peut-on lire, ce processus d’altération chimique aurait pu extraire suffisamment de dioxyde de carbone de l’atmosphère pour entraîner la formation de nouveaux âges glaciaires. « Nous pensons que les collisions arc-continent aux basses latitudes sont le déclencheur du refroidissement global de la planète », explique en effet Oliver Jagoutz, professeur associé au département des sciences de la Terre, de l’atmosphère et des planètes du MIT (États-Unis). Il est le principal auteur de l’étude.

mammouth
Illustration d’un mammouth, durant la dernière ère glaciaire il y a 12 000 ans. Crédits : Wikimedia Commons

Des relations bien établies

Pour en arriver à ces résultats, les chercheurs ont retracé les mouvements de deux sutures qui constituent aujourd’hui l’Himalaya. Après analyses, il ressort que ces deux formations proviennent de la même migration tectonique. Il y a plusieurs millions d’années, lorsque le supercontinent Gondwana s’est déplacé vers le nord, une partie de la masse continentale s’est écrasée contre l’Eurasie. L’événement aura créé une première ligne de roches il y a 80 millions d’années, puis une seconde il y a 50 millions d’années.

Ces deux collisions se sont par ailleurs produites dans des zones tropicales proches de l’équateur, et ont précédé de quelques millions d’années deux événements de refroidissement global de la planète.

Les chercheurs ont ensuite poursuivi leurs recherches en remontant encore plus loin dans l’histoire. Après avoir analysé les emplacements des principales zones de suture sur Terre aujourd’hui, ils expliquent avoir utilisé une simulation informatique pour tenter de déterminer approximativement où et quand chaque suture s’était formée. En reconstituant également le mouvement des plaques continentales et océaniques de la Terre à travers le temps, ils ont finalement pu établir une relation.

Au cours des dernières 540 millions d’années, trois sutures importantes – de 10 000 kilomètres de long – se sont formées près de l’Équateur. Et effectivement, chacun de ces événements précède chacune des trois grandes périodes glaciaires connues : l’Ordovicien supérieur, le Permo-carbonifère, et le Cénozoïque.

Source

Articles liés :

Pourrait-on ressusciter cet ancien cheval de l’ère glaciaire ?

Découverte au Canada de 29 empreintes humaines datant de la dernière ère glaciaire

Des chevaux zébrés parcouraient l’Amérique du Nord durant la dernière période glaciaire