in

Non, le tétanos ne s’attrape pas seulement avec des « clous rouillés » !

Crédits : Flickr / Timothy Allen

Le scénario peut faire paniquer : votre enfant marche sur un clou rouillé ou s’écorche la main sur un barbelé. Le premier réflexe est souvent de consulter pour faire un vaccin contre le tétanos. Or, le fait est que la bactérie responsable de cette infection n’affectionne pas particulièrement la rouille.

Qu’est-ce que le tétanos ?

Le tétanos est une toxi-infection touchant l’Homme, de même que certains animaux. À l’origine, la maladie intervient via une infection localisée causée par les spores de la bactérie Clostridium tetani produisant de la tétanospasmine, une neurotoxine qui cible le système nerveux.

Les premiers symptômes sont les suivants : spasme des muscles masticateurs (trismus) et impossibilité d’ouvrir la bouche. Ces spasmes peuvent ensuite se généraliser au corps dans son ensemble et occasionner entre autres des fractures, une rétention aiguë d’urine (et/ou fécale), une surinfection bactérienne, une embolie pulmonaire ou encore la mort par arrêt respiratoire. Citons également le tétanos néo-natal, dû à l’infection de la section du cordon ombilical.

Alors que la plupart des cas se déclarent environ deux semaines après l’infection, il faut savoir qu’il s’agit d’une maladie qui n’est pas contagieuse. De plus, le tétanos n’est pas immunisant comme peut l’être par exemple la varicelle, puisqu’il est possible d’être infecté plusieurs fois au cours de sa vie.

Crédits : Flickr/Timothy Allen

Pas nécessairement causée par la rouille

Force est de constater que le tétanos est une maladie en recul dans le monde, voire même en voie de disparition. Celle-ci subsiste cependant par manque de vaccination, notamment dans une quinzaine de pays en voie de développement, comme l’explique l’Organisation mondiale de la Santé sur une page dédiée. Fatal dans 10 % des cas, le tétanos a fait l’objet d’un document publié en octobre 2018 par Ada McVean, experte en chimie bio-organique à l’Université McGill (Canada). Le but était de venir à bout du mythe du « clou rouillé ».

Si le tétanos est évitable par la vaccination, il l’est également par l’hygiène des plaies. En revanche, il faut savoir que la bactérie Clostridium tetani ne peut absolument pas être éradiquée. Effectivement, celle-ci se trouve sur la terre entière (ubiquitaire), surtout au niveau des sols calcaires et humides, mais également dans l’intestin des herbivores – c’est souvent le cas du cheval – et parfois même dans celui de l’être humain. Ainsi, si la rouille peut évidemment contenir la bactérie causant le tétanos, cette même bactérie n’attend pas que l’on marche sur un clou rouillé pour infecter une plaie et engendrer la maladie !

Source

Articles liés :

Une nouvelle épidémie de rougeole se propage aux États-Unis

Et si le monde était à nouveau frappé par une pandémie de grippe espagnole ?

Les femmes enceintes vaccinées contre la grippe protègent aussi leurs bébés

Yohan Demeure

Rédigé par Yohan Demeure

Licencié en géographie, j’aime intégrer dans mes recherches une dimension humaine. Passionné par l’Asie, les voyages, le cinéma et la musique, j’espère attirer votre attention sur des sujets intéressants.