in

Mission Insight : deux nouveaux séismes importants détectés sur Mars

Crédits : NASA

L’atterrisseur InSight de la NASA a détecté deux nouveaux “tremblements de Mars” de magnitude 3,1 et 3,5. Des opérations sont également en cours pour tenter d’enterrer le câble reliant le sismomètre à son atterrisseur pour le protéger des intempéries.

L’atterrisseur américain InSight s’est posé avec succès en novembre 2018 sur le côté ouest d’une étendue de lave appelée Elysium Planitia (niveau de l’équateur martien). Son principal objectif est de détecter les minuscules ondes sismiques traversant les couches inférieures de la planète de manière à en apprendre davantage sur sa composition interne. Mars n’a pas de plaques tectoniques comme la Terre, mais elle propose des régions sismiquement actives qui peuvent provoquer des grondements.

Deux nouveaux séismes importants

Depuis son atterrissage impeccable sur la surface, Insight a détecté plus de 500 de ces séismes. Deux d’entre eux, plus importants que la moyenne, ont été détectés les 7 et 18 mars derniers. De magnitudes 3,3 et 3,1, ils ont été déclenchés depuis Cerberus Fossae qui concentre une série de failles semi-parallèles.

Depuis le début de la mission, seuls deux séismes plus importants ont été détectés (magnitude 3,6 et 3,5). Tous deux émanaient de cette même région. Ces nouvelles détections ajoutent ainsi du poids à l’idée selon laquelle Cerberus Fossae est un centre d’activités sismiques important.

Au cours de la mission, nous avons enregistré deux types différents de tremblements : certains plus “lunaires” [NDLR : ondes plus dispersées] et d’autres plus “semblables à ceux de la Terre” [NDLR : trajectoires plus directes], détaille Taichi Kawamura de l’Institut de Physique du Globe de Paris, qui a contribué à fournir le sismomètre d’InSight.

Fait intéressant“, ajoute la chercheuse, “les quatre événements sismiques les plus importants détectés sur Mars, qui proviennent de Cerberus Fossae, sont semblables à ceux de la Terre“.

Ces nouveaux séismes ont également un autre point commun avec les précédents événements sismiques majeurs enregistrés par InSight : ils se sont produits pendant l’été du nord martien. C’était prévu par les chercheurs. À cette époque de l’année, les vents sont en effet plus calmes. Au cours de la dernière saison hivernale nordique par exemple, InSight n’a détecté aucun séisme tant les vents soufflaient forts.

insight
Photo prise le 14 février 2021. Comme vous pouvez le voir, les panneaux solaires de l’atterrisseur sont couverts de poussière. Crédits : NASA / JPL-Caltech

Plusieurs manœuvres de protection

Les vents se sont peut-être calmés, mais les chercheurs espèrent toujours améliorer leur capacité “d’écoute”. La grande inquiétude concerne le câble reliant le sismomètre à l’atterrisseur qui peut produire des interférences sous l’effet des importants écarts de températures (de -100°C la nuit à 0°C le jour).

Ainsi, l’un des principaux objectifs de la prochaine phase de la mission, qui court jusqu’en décembre 2022, sera d’enterrer complètement cette attache sismique pour l’isoler des intempéries.

Les chercheurs ont déjà commencé. Comme vous pouvez le voir ci-dessous, l’idée consiste à creuser un peu de terre avec la pelle située à l’extrémité du bras robotique d’InSight, puis de la déposer sur le bouclier pare-vent et thermique de l’atterrisseur en forme de dôme. De cette manière, la terre retombe ensuite sur le câble.

En attendant, Mars continue à s’éloigner du Soleil et l’atterrisseur commence à manquer de “jus”. Comme vous pouvez le voir sur l’image ci-dessus, ses panneaux solaires sont également recouverts de poussière. Les niveaux d’énergie devraient s’améliorer après juillet, lorsque la planète recommencera à s’approcher de notre étoile.

D’ici là, l’équipe de mission éteindra successivement les instruments de l’atterrisseur afin qu’InSight puisse hiberner, se réveillant périodiquement pour vérifier son état de santé et communiquer avec la Terre.