in

La mission lunaire Artemis fait face à de nouveaux retards

Crédits : NASA/Frank Michaux

La première mission lunaire Artemis de la NASA devra attendre encore un peu. Selon l’agence, son lancement sera finalement opéré au mois d’avril au plus tôt. Les ingénieurs ont en effet besoin de plus de temps pour effectuer les contrôles de sécurité.

La NASA est de nature très méticuleuse. En effet, depuis les déconvenues passées, rien n’est désormais laissé au hasard, surtout lorsqu’il s’agit de renvoyer à terme des humains sur la Lune. Le lancement d’Artemis I, le premier volet de cette incroyable ambition, était initialement prévu pour fin 2021, avant d’être repoussé à deux reprises. Finalement, ce lancement n’aura lieu qu’en avril au plus tôt pour des raisons techniques.

« Les équipes prennent les opérations étape par étape pour s’assurer que le système intégré soit prêt à lancer en toute sécurité la mission Artemis I. La NASA examine les opportunités de lancement en avril et mai« , a déclaré l’agence dans un communiqué. Plus précisément, une première fenêtre de lancement sera proposée du 8 au 23 avril. En cas de nouveau report, une seconde fenêtre sera disponible du 7 mai au 21 mai.

Ce mercredi 2 février, nous avons également appris que le lanceur SLS au-dessus duquel est coiffée la capsule Orion ne sera pas déployé sur le « Launch Pad 39B » du Kennedy Space Center avant la mi-mars. Une fois cette manœuvre opérée avec succès, la prochaine étape vers le lancement sera une répétition générale humide. Dans le cadre de cette procédure, l’équipe de mission va simuler chaque étape du lancement (à l’exception du lancement lui-même, naturellement), y compris le ravitaillement en carburant de la fusée.

Deux tours et puis s’en vont

Pour rappel, Artemis 1 sera une mission non habitée autour de la Lune. La capsule Orion (censée transporter plus tard les astronautes) sera propulsée dans l’espace par le lanceur Space Launch System (SLS). Au cours de son voyage, qui doit durer environ 26 jours, le vaisseau effectuera un aller-retour Terre-Lune en suivant une trajectoire similaire à celle de la mission Apollo 8.

artemis 1
Crédits : NASA

L’objectif principal de ce premier volet sera de valider le fonctionnement du nouveau lanceur lourd de l’agence américaine, qui devrait voler pendant au moins dix ans. La capsule sera également testée durant les différentes phases opérées autour de la Lune. À l’intérieur de la cabine, les chercheurs vont également installer un instrument (expérience MARE) visant à mesurer le niveau d’exposition aux rayonnements de l’équipage à l’extérieur des régions protégées par la magnétosphère terrestre.

En cas de succès, la NASA pourra enchaîner avec les missions Artemis 2 et Artemis 3. La première sera une mission habitée en orbite autour de la Lune, tandis que la seconde mènera des humains à se poser sur le sol lunaire pour la première fois depuis 1972.