in

La SLS de la NASA s’envolera pour la Lune pendant au moins 10 ans

Crédits : Tyler Martin / NASA Marshall

La NASA vient de commander des boosters de SLS pour ses futures missions lunaires jusqu’en 2031. Le contrat, signé avec Northrop Grumman, s’élève à plus de trois milliards de dollars. Pour la suite, l’agence américaine devra probablement passer par d’autres prestataires.

La fusée la plus puissante construite par la NASA depuis que le programme Apollo se tient debout depuis plusieurs semaines. Développé depuis 2011, ce lanceur couleur abricot se chargera d’envoyer des équipages vers la Lune dès 2025, et pourquoi pas plus tard vers la planète Mars. Sur le papier, le Space Launch System apparaît ainsi comme un lanceur très ambitieux, mais il représente également le bout de la ligne.

C’est en effet probablement la dernière classe de fusée que la NASA est susceptible de construire. Et pour cause, chaque lancement coûte environ deux milliards de dollars et ses boosters ne sont pas réutilisables. Aussi le Space Launch System ne sera finalement qu’un « produit de transition utile » qui mènera inévitablement la NASA à se reposer sur d’autres prestataires (comme SpaceX) pour ses missions futures.

Néanmoins, n’enterrons pas le SLS trop tôt. Si ce lanceur ne représente pas l’avenir, nous allons en effet devoir compter sur lui quelques années.

Au moins dix ans, a priori

En effet, la NASA vient d’attribuer un contrat d’une valeur de 3,19 milliards de dollars à Northrop Grumman pour la construction de propulseurs destinés aux missions lunaires Artemis jusqu’en 2031. Cet accord s’appuie sur un contrat précédent de 2020 de 50 millions de dollars autorisant la société à se préparer à la production et à la construction de propulseurs jumeaux pour les six prochains vols de la SLS après Artemis 3 (jusqu’à Artemis 9 donc).

« Le contrat permet à la NASA de travailler avec Northrop Grumman non seulement pour construire les boosters pour les missions à venir, mais aussi pour faire évoluer et améliorer les boosters pour les futurs vols« , a déclaré Bruce Tiller, responsable des boosters SLS au Marshall Space Flight Center de la NASA.

fusée sls nasa lune
Crédits : NASA

Pour rappel, la technologie des propulseurs SLS est basée sur les propulseurs de fusée à poudre utilisés pour soulever les anciennes navettes spatiales américaines entre 1981 et 2011. Le fabricant était initialement Thiokol, baptisé plus tard Orbital ATK. Northrop Grumman a finalement acquis cette entreprise, et sa technologie avec, il y a quelques années.

Il y a quelques jours, Northrop Grumman a déclaré avoir déjà terminé la production de boosters visant à soulever à la mission Artemis 2, qui prévoit le lancement d’une capsule habitée autour de la Lune probablement en 2023 ou 2024. En attendant, la NASA doit envoyer une capsule non habitée autour de la Lune en février prochain.

Enfin, rappelons que Northrop Grumman exécute également d’autres contrats de la NASA dans le cadre de ces futures missions lunaires. Cela comprend la construction des deux moteurs du système d’abandon de lancement de la capsule Orion et la construction d’un module pour la future station en orbite lunaire.