in

Les mesures actuelles sont incompatibles avec l’objectif de 1,5 °C de l’accord de Paris

Crédits : NASA.

L’accord de Paris sur le climat s’est donné pour objectif de limiter le réchauffement global de la planète sous 2 °C et de poursuivre les efforts pour contenir la hausse à 1,5 °C. Cependant, en raison de la faiblesse des mesures visant à limiter les émissions de gaz à effet de serre, l’objectif des 1,5 °C est actuellement hors de portée. C’est en tout cas ce qu’avancent des chercheurs de l’Université de Concordia (Canada). Les résultats ont été publiés dans la revue Science le 23 juin dernier.

Les activités humaines ont d’ores et déjà induit un réchauffement global de 1,2 °C et les mesures d’atténuation mises en place par les États ne permettent pas pour l’heure d’entrevoir un futur réaliste où l’élévation de la température moyenne serait limitée à 1,5 °C. Au contraire, les divers éléments de preuves passés en revue par les chercheurs laissent peu de doute par rapport au fait de voir cette valeur sauter d’ici une dizaine d’années.

accord de Paris
Indice de réchauffement global. Les observations sont indiquées par la courbe noire. Les courbes orange, bleue et rouge représentent respectivement les changements dus aux activités humaines, aux fluctuations naturelles (dont activité solaire et volcanisme) et le bilan des deux. On constate que l’évolution depuis 1970 est essentiellement le fait des activités humaines. Crédits : globalwarmingindex.org.

Objectif 1,5 °C de l’accord de Paris sur le climat : entre déclarations d’intention et actions réelles

Les auteurs illustrent l’incompatibilité entre les déclarations des États d’une part et les actions avérées de l’autre en rappelant qu’il faudrait diminuer de 43 % les émissions mondiales de gaz à effet de serre d’ici à 2030 pour avoir une chance d’atteindre l’objectif des 1,5 °C. Or, non seulement une baisse n’est pas à l’ordre du jour, mais les émissions continuent de croître, bien qu’elles le fassent à un rythme moins soutenu. Autrement dit, nous serions au mieux sur le point d’observer une stabilisation des émissions à un niveau extrêmement élevé.

« Les principaux obstacles à la réalisation d’une trajectoire compatible avec les 1,5 °C ne sont pas géophysiques, mais reflètent plutôt l’inertie de nos systèmes politiques et technologiques », note l’étude dans son résumé. En effet, comme indiqué dans le paragraphe précédent, d’un point de vue physique, il est toujours possible de limiter la hausse à 1,5 °C. Néanmoins, les efforts nécessaires pour atteindre cet objectif sont difficilement compatibles avec le fonctionnement historique de nos sociétés et l’aversion que ces dernières portent envers tout changement imposé.

« Pour vaincre cette inertie, il faut un leadership à la fois politique et entrepreneurial, soutenu par une reconnaissance accrue de la société quant à la nécessité de modifier les modes de vie au niveau des systèmes et des individus », souligne le papier. De ce point de vue, le moins que l’on puisse dire est qu’à l’heure actuelle, la plus grande partie du travail reste à faire.