in

Astéroïde Apophis : nous sommes tranquilles pour au moins 100 ans

Représentation d'artiste d'un objet proche de la terre. Crédits : NASA / JPL-Caltech

La liste des objets représentant une potentielle menace pour la Terre est assez courte, et pendant un temps, l’astéroïde Apophis en faisait partie. Mais plus maintenant. L’objet vient en effet de perdre son statut de « potentiellement dangereux » pour au moins les 100 prochaines années, selon de nouvelles observations.

Les astronomes surveillent le géocroiseur Apophis depuis sa découverte en 2004. Et pour cause, des estimations initiales basées sur son orbite préliminaire suggéraient que l’astéroïde se rapprocherait dangereusement de notre planète en 2029. De récentes analyses de suivi avaient également laissé entendre que l’objet pourrait encore percuter la Terre en 2068. Sa taille (environ 340 mètres de diamètre) suscitait alors des craintes. Une collision avec la Terre, aussi improbable soit-elle, pourrait en effet libérer l’équivalent de 1 151 mégatonnes de TNT.

Un peu de répit

Ceci dit, toute menace est désormais écartée, du moins pour un temps. Une équipe d’astronomes a en effet profité du passage de l’astéroïde près de la Terre le 5 mars dernier (à 0,11 unité astronomique) pour ajuster les calculs de sa trajectoire.

Le télescope radar de l’observatoire Arecibo de Porto Rico étant hors-jeu depuis l’année dernière, les chercheurs se sont appuyés sur les antennes du Deep Space Network en Californie, et sur le télescope Green Bank en Virginie-Occidentale.

Après avoir affiné les observations initiales, les astronomes ont constaté qu’il n’y avait pas de risque réel d’impact en 2029. Autre bonne nouvelle : l’objet ne frappera pas la Terre en 2068 non plus, ni au cours des cent prochaines années. De fait, la roche spatiale a été retirée de la Sentry Impact Risk Table de la NASA.

« Quand j’ai commencé à travailler avec des astéroïdes après l’Université, Apophis était l’objet de référence pour les astéroïdes dangereux », a déclaré Davide Farnocchia, qui analyse les orbites des astéroïdes pour la NASA. « Il y a un certain sentiment de satisfaction de le voir retiré de la liste des risques, et nous attendons avec impatience la science que nous pourrions découvrir lors de sa [prochaine] approche en 2029 ».

apophis
Images radar de l’astéroïde Apophis les 8, 9 et 10 mars alors qu’il passait à moins de 17 millions de kilomètres de la Terre. Crédits : NASA/JPL-Caltech et NSF/AUI/GBO

Effet Yarkovsky

En 2029, Apophis se rapprochera à environ 32 000 kilomètres de la surface de notre planète. À cette occasion, les astronomes pourront analyser son « effet Yarkovsky ».

Lors d’une révolution autour du Soleil, l’un des côtés d’un astéroïde reçoit plus de lumière (photons) que l’autre. Il se produit ensuite la même chose avec l’autre côté, puisque le corps est en rotation. On observe alors des différences de température en surface tandis que chaque versant réceptionne des photons, ce qui entraîne une modification du mouvement de l’objet. Ces changements sont très faibles, mais ils s’accumulent avec le temps. C’est pourquoi, lorsque l’un de ces objets se rapproche, cet effet doit être considéré.

Rappelons enfin que pour l’heure, les deux objets géocroiseurs les plus dangereux pour la Terre sont encore 29 075 (1950 DA) et l’astéroïde Bennu. Le premier a 1 chance sur 8 300 (0,012 %) de toucher la Terre en 2880, tandis que Bennu a 1 chance sur 2700 (0,037 %) de nous percuter entre les années 2175 et 2199.