in

Les nouvelles mesures (imprévues) de Curiosity sur Mars

Crédits : NASA

Les responsables de la mission Curiosity ont eu l’idée d’utiliser les instruments du rover pour mesurer la densité de la roche dans le cratère Gale. Et il semblerait que celle-ci soit moins dense que prévu.

Curiosity évolue dans le cratère de Gale (154 km de large) depuis 2012. Ses observations ont été fructueuses. Nous savons, par exemple, que le cratère hébergeait jadis un système de lacs et de cours d’eau. Mais il nous reste encore beaucoup de choses à apprendre. Au milieu de ce cratère s’élève notamment une montagne de 5,5 km de haut. Les scientifiques ont longtemps débattu de la façon dont cette étrange formation, appelée mont Sharp, avait pris forme. De nouvelles données viennent peut-être de nous donner la réponse.

Mesures de gravité

Les chercheurs ont en effet récemment tenté d’effectuer des mesures de gravité de la planète. Une première. Et pour ce faire, ils ont eu l’idée d’utiliser des instruments qui n’étaient pas du tout prévus pour. Pour faire ce genre de mesures, on utilise normalement un gravimètre – qui mesure les variations de l’attraction gravitationnelle. Mais Curiosity, qui n’était pas censé faire ces lectures, n’a pas emporté avec lui ce type de gadget. Il dispose en revanche d’accéléromètres, dans le cadre de ses systèmes de navigation.

Lorsque vous vous déplacez avec votre smartphone, des capteurs permettent de déterminer votre emplacement et votre orientation. C’est le même principe ici. Les capteurs de Curiosity font la même chose, sauf qu’il le font avec beaucoup plus de précision. L’idée des chercheurs a donc été ici de réaffecter ces accéléromètres pour s’en servir comme gravimètre.

Les accéléromètres détectent ici la gravité de la planète chaque fois que le mobile reste immobile. En utilisant les données enregistrées des cinq premières années de la mission, les chercheurs ont alors été en mesure – après des calculs très compliqués – d’estimer la densité de la roche située sous Curiosity. Ils ont alors découvert que celle-ci était moins dense que prévu.

« À partir de l’abondance minérale des roches déterminée par l’instrument de chimie et de minéralogie, nous avons estimé une densité de grains de 2 810 kilogrammes par mètre cube. Cependant, la densité apparente issue de notre étude est nettement inférieure – 1 680 kilogrammes par mètre cube », expliquent en effet les responsables de la mission.

Curiosity
Autoportrait de Curiosity réalisé lors du Sol 2291 en direct du cratère Gale. Crédits : Nasa, JPL-Caltech, MSSS

Façonné par les vents

Revenons au mont Sharp. Curiosity a déjà arpenté la base de cette montagne. Et ont donc également pris des mesures. Il en ressort alors que, si la roche est effectivement moins dense que prévu au niveau du cratère – et donc plus poreuse – celle-ci paraît encore moins dense sur les pentes du mont Sharp. Munis de cette nouvelle information, les chercheurs peuvent ainsi tenter de déterminer comment la montagne s’est formée.

On pensait auparavant que la montagne avait été creusée au fil du temps par la présence d’un ancien lac dans le cratère Gale. Dans ce cas précis, les dépôts de sédiments au pied de la montagne devraient être beaucoup plus denses. Ces nouveaux résultats – le fait que les sédiments soient poreux, qu’il y ait davantage d’air dans la roche – suggèrent alors que le mont Sharp aurait finalement pu être façonné à partir de dépôts soufflés par les vents martiens.

Cela ne veut pas dire qu’un lac potentiellement habitable n’a jamais occupé le cratère de Gale. Les observations de Curiosity ont effectivement établi l’existence passée de cette masse d’eau. Ce que suggère simplement cette étude, c’est que ce n’est pas cet ancien lac qui aurait permis à la montagne de prendre forme, mais plutôt les couches de sédiments portées par les vents.

Source

Articles liés : 

Pourrait-on produire du vin sur Mars ?

L’incroyable photo d’un énorme cratère sur Mars, rempli de glace

Elon Musk estime à 70 % ses chances d’aller sur Mars (et d’y mourir)