in

L’éruption récente de l’Anak Krakatau immortalisée par un satellite de la NASA

Il y a environ une semaine, le volcan indonésien Anak Krakatoa s’est réveillé et est entré en éruption. Cette dernière a été immortalisée par un satellite américain d’observation de la Terre. Et le cliché obtenu est exceptionnel, même si l’éruption s’est avérée beaucoup moins importante que celle de 2018 !

Une photo satellite de l’éruption

Le 10 avril 2020, l’Anak Krakatoa est entré en éruption. Situé entre les îles de Sumatra et de Java (Indonésie), le monstre a craché des volutes de fumée à plus de 200 mètres durant 72 secondes. Une deuxième éruption intervenue une heure plus tard a généré une colonne de cendres jusqu’à 500 mètres de hauteur, et ce durant près de 40 minutes. Par ailleurs, l’explosion du volcan s’est fait entendre à plus de 150 km de distance, dans la région de la capitale Jakarta.

Cette éruption a fait l’objet d’une publication sur le site NASA Earth Observatory deux jours après l’éruption. L’article en question présentait un cliché exceptionnel de l’événement (voir ci-après). L’image a été obtenue via l’Operational Land Imager (OLI), un instrument de télédétection présent à bord du Landsat 8. Issu de la collaboration entre la NASA et le United States Geological Survey (USGS), le satellite d’observation de la Terre en service depuis 2013.

photo volcan indonésie 2
Crédits : NASA Earth Observatory

Étudier le panache volcanique

Verity Flower est un volcanologue de l’Universities Space Research Association (USRA) basé au Goddard Space Flight Center de la NASA. Or, l’intéressé et son équipe ont utilisé le Multi-angle Imaging Spectroradiometer (MISR) du satellite Terra de la NASA. L’objectif ? Mesurer la hauteur du panache volcanique, mais surtout sa forme et sa taille. Il s’agissait également de mesurer les propriétés d’absorption de la lumière des particules présentes dans le panache.

Les chercheurs ont remarqué une partie plus sombre du panache, s’étendant vers le nord. Or, celle-ci semble plus basse en altitude. Pour Verity Flower, les particules de cendres plus lourdes émises sont restées plus bas dans l’atmosphère. Ainsi, elles ont été transportées vers le nord par des vents proches de la surface. En revanche, l’eau et les gaz (plus légers) ont atteint une hauteur bien plus importante. Ils se sont ensuite rapidement condensés dans l’atmosphère.

Le NASA Earth Observatory a également cité les propos du Volcanological Survey of Indonesia (PVMBG). Cette agence a indiqué la présence de fontaines de lave, de coulées de lave et de pluies de cendres dans un rayon de 2 km autour du cratère. Par ailleurs, le niveau d’alerte de cette éruption était de 2 sur une échelle dont le niveau le plus élevé est 4.