in ,

Le débit de connexion à bord de l’ISS a doublé !

Crédits : Wikimedia Commons

Selon la NASA, le débit de connexion à bord de la Station spatiale internationale (ISS) sera multiplié par deux. Il s’agirait là d’une bonne nouvelle pour la communication avec la Terre, mais également pour la recherche scientifique.

Un meilleur débit pour l’ISS

Sur Terre, nous parlons beaucoup de l’arrivée de la 5G, dont les performances sont incroyables. Il est question d’un débit de 20 Gbit/s en débit descendant et 10 Gbit/s en débit montant ! Cette technologie succédant à la 4G permet d’entrevoir de nombreuses possibilités notamment liées aux véhicules autonomes.

À bord de la Station spatiale internationale (ISS), nous sommes très loin d’un tel débit ! Les antennes du Deep Space Network situées en Californie (États-Unis), en Australie et en Espagne permettent une connexion entre la Terre et l’ISS située en orbite basse à une distance de 400 km. Or, selon un communiqué de la NASA publié le 20 août 2019, le débit à bord de la station a doublé.

Les antennes du Deep Space Network assurent la connexion entre la Terre et l’ISS.
Crédits : Jet Propulsion Laboratory

Connecter l’ISS, un véritable défi

Qu’on se le dise, les installations du réseau terrestre et celles vouées à connecter l’ISS n’ont pas grand-chose en commun. Tout d’abord, des signaux libres sont convertis en ondes radio dans les centres spatiaux, puis ceux-ci sont acheminés vers les antennes du Deep Space Network. Les signaux sont ensuite réceptionnés par le Tracking and Data Relay Satellite System (TDRSS), des satellites de relais. Ceux-ci se chargent de transférer le débit vers l’ISS en moins d’une seconde. Depuis longtemps, la vitesse de connexion n’était que de 300 Mbit/s. Toutefois depuis quelques semaines, ce même débit a été doublé et est passé à 600 Mbit/s. Il s’agit d’à peine plus d’un demi gigabit par seconde, mais il faut considérer cela comme une avancée considérable.

Cette amélioration de la connexion devrait dépasser le cadre de la communication entre la Terre et l’ISS. En effet, un projet très important pourrait tirer parti de cette avancée : Lunar Orbital Platform-Gateway (LOP-G). Il s’agit d’un projet de station en orbite lunaire proposé en 2017 par la NASA, auquel participera également l’ESA. Il est question d’une sorte de base avancée qui pourrait servir à mener des vols habités jusqu’aux limites orbitales de la Lune (espace cislunaire).

Articles liés :

Les moisissures de l’ISS peuvent survivre à de fortes doses de radiations

Pourquoi le pain est jusqu’à présent interdit à bord de l’ISS

Un premier fruit va pousser à bord de la station spatiale internationale !