in

La ville de Mexico s’enfonce inexorablement dans le sol

mexico
Crédits : Storkholm Photography / Flickr

Se situant sur l’ancien lit d’un lac, Mexico, la capitale mexicaine s’affaisse d’un demi-mètre par an en moyenne. Cette situation qui s’explique par plusieurs facteurs et qui semble aujourd’hui irréversible pourrait sévèrement empirer en cas de séisme d’ampleur.

Un affaissement de 50 cm par an !

L’affaissement des sols concerne aujourd’hui un cinquième de la population mondiale et devrait impacter pas moins de 635 millions de personnes d’ici à 2040. Certaines villes ont récemment fait parler d’elles comme la capitale de l’Indonésie : Jakarta. Au cœur d’une situation incontrôlable, les autorités locales avaient annoncé en 2019 le déménagement de la capitale à Kalimantan sur l’île de Bornéo. Citons également d’autres cas alarmants comme Venise (Italie), Bangkok (Thaïlande) ou encore La Nouvelle-Orléans (États-Unis).

Le cas de Mexico (Mexique) est également très préoccupant et a d’ailleurs fait l’objet d’une étude de l’Université d’état de l’Oregon (États-Unis) publiée dans la revue JGR Solid Earth le 30 mars 2021. Actuellement, la ville s’enfonce de 50 cm en moyenne par an. Les chercheurs ont intégré 115 années de mesures au sol et 24 années de mesures spatiales, ce qui leur a permis d’affirmer que le sol continuera de se compacter durant un siècle et demi, synonyme d’un affaissement perpétuel.

mexico affaissement sol 2
Crédits : Université d’état d’Oregon / JGR Solid Earth

Mexico connaît une situation particulière. Si la plupart des villes touchées par l’affaissement des sols se situent sur les littoraux, la capitale mexicaine se trouve à 2 200 m d’altitude. En effet, Mexico s’étale dans le lit de l’ancien lac Texcoco où, jadis, la ville aztèque de Tenochtitlán prospérait. Après la chute de l’Empire aztèque suivant la conquête espagnole dans la première moitié du XVIe siècle, le contrôle des inondations a progressivement conduit à un drainage du lac par le biais de digues et autres canaux. Au début du XXe siècle, la vallée a été complètement drainée via un canal d’une longueur de 40 km et d’un tunnel traversant la montagne.

Une situation irrémédiable

Actuellement, l’eau potable alimentant Mexico provient à 70 % de l’extraction souterraine. Or, certains des 1 500 puits exploités peuvent aller jusqu’à 3 000 m de profondeur. Malheureusement, les importants pompages (entre 65 à 70 km3) des soixante-dix dernières années ont causé une incroyable baisse du niveau de la nappe phréatique (107 m). Rappelons tout de même que la ville de Mexico repose sur une couche d’argile et de sel d’une épaisseur de 100 m, elle-même se trouvant sur une couche calcaire perméable. Malheureusement, depuis les années 1970, le ruissellement des eaux ne suffit plus à recharger la nappe.

mexico affaissement sol 2
Crédits : Université d’état de l’Oregon / JGR Solid Earth

Effectivement, les eaux souterraines sont aujourd’hui plus profondes et l’argile se compacte progressivement. Actuellement, la couche d’argile est compactée à environ 17 %, si bien qu’il y a encore une énorme marge. Selon les chercheurs, le compactage total devrait s’étaler sur 150 ans, entraînant donc un affaissement d’environ 30 m.

L’affaissement des sols de Mexico est un véritable désastre. Aujourd’hui, l’eau polluée de l’aquifère supérieur ne remonte plus en surface, mais s’écoule vers des nappes phréatiques plus profondes. En conséquence, des puits sont contaminés et plus d’un million d’habitants n’ont pas accès à l’eau potable. Par ailleurs, l’affaissement génère des fractures qui impactent les égouts, les réseaux de distribution d’eau et de gaz, les bâtiments, mais aussi les lieux historiques. Or, cette situation pourrait s’aggraver rapidement en cas de séisme d’ampleur. Mexico se trouve en effet en zone sismique et a d’ailleurs connu en 1985, un terrible tremblement de terre de magnitude 8,2 causant pas moins de 15 000 décès.