in ,

La réalité virtuelle peut aider à retrouver de l’empathie !

Crédits : Sound On / Pexels

Il y a quelques années, des chercheurs avaient mené des travaux ayant pour but de prouver que la réalité virtuelle est capable de rendre les humains plus empathiques. Selon eux, la réalité virtuelle pourrait remédier à la perte d’empathie engendrée par la technologie d’une manière générale.

Une immersion plus intense grâce à la VR

À l’aide des nouvelles technologies et en particulier des réseaux sociaux, il est aujourd’hui bien plus facile de communiquer avec les autres. Néanmoins, en passant un temps considérable devant les écrans, qui plus est très souvent de façon anonyme, il est possible de perdre sa propension à l’empathie, soit la reconnaissance et la compréhension des sentiments et des émotions d’un autre individu.

Dans une étude parue dans la revue Plos One en 2018, des chercheurs de l’Université de Stanford (États-Unis) ont tenté de démontrer que la réalité virtuelle (VR) était capable de raviver l’empathie des individus. L’étude consistait à placer les participants dans la peau d’une autre personne par le biais d’un casque VR.

L’expérience à laquelle les volontaires ont été soumis se nomme Devenir sans-abri. Ainsi, ils ont assisté à la première personne à une perte d’emploi, une perte de logement et évidemment, à la souffrance et à la détresse découlant de ces malheureux événements. Selon les chercheurs, la réalité virtuelle permet en effet une immersion bien plus importante que n’importe quel autre support. La nature de cette expérience VR permet ainsi de réduire fortement, voire d’éliminer complètement la distance que génère la technologie.

capture SDF réalité virtuelle
Crédits : capture YouTube / Virtual Human Interaction Lab

Une expérience efficace

Les chercheurs ont mesuré l’impact psychologique de l’expérience en question et ont observé le développement d’une certaine compassion des participants envers les sans-abris. Ceux-ci deviennent alors davantage susceptibles de les aider. Fernanda Herrera, principale auteure de l’étude avait expliqué dans un communiqué être devenue amie avec un sans-abri de sa communauté (latino) à la fin des travaux.

« Vivre la situation des autres dans la réalité virtuelle génère chez les gens juste plus d’empathie et de comportements prosociaux après avoir vécu l’expérience, par rapport au simple fait d’imaginer ce que ce serait d’être à la place de quelqu’un d’autre, et c’est une découverte passionnante » avait déclaré la chercheuse.