in

La Chine désire un “baby boom” pour prévenir une crise démographique

Crédits : Laurent Bleuze / Wikipedia

Alors que la Chine se porte très bien sur le plan économique malgré la pandémie de Covid-19, une crise se profile tout de même à l’horizon. Dans ce pays, le taux de natalité n’a quasiment jamais été aussi bas, si bien que les experts craignent une crise démographique. Le gouvernement chinois semble toutefois manquer d’ambition pour régler ce problème à plusieurs facettes.

Une future crise se dessine en Chine

Par le passé, nous avons déjà évoqué plusieurs fois le Japon et son inexorable crise démographique dépeignant un futur plutôt sombre. Néanmoins, le voisin chinois pourrait subir le même sort, selon un article du Washington Post du 5 mars 2021. Ce pays continue en effet sa croissance économique même durant la pandémie de coronavirus, mais pourrait revanche faire face à une future potentielle crise d’ordre démographique qui pourrait à terme impacter l’économie chinoise.

Les trois principaux aspects de ce problème sont le vieillissement accéléré de la population et la baisse progressive du nombre d’actifs (et d’actives). Évoquons aussi un déséquilibre des genres en ce qui concerne les naissances. Actuellement en Chine, 114 garçons naissent pour 100 filles. Tout ceci est le fait d’une baisse de la natalité de 15 % en 2020 par rapport à l’année précédente !

Selon l’Académie Chinoise de Sciences Sociales, la population du pays (qui frôle actuellement les 1,4 milliard) devrait commencer à baisser dès 2027. Une autre donnée est inquiétante : dans à peine quatre ans, un cinquième de la population chinoise aura plus de 65 ans.

chine
Crédits : wiroj /Pixabay

Des mesures teintées de conservatisme

Rappelons tout de même que la Chine avait appliqué la célèbre politique de l’enfant unique entre 1979 et 2015. L’objectif était d’éviter la surpopulation du pays. Depuis la fin de cette mesure, chaque famille a le droit d’avoir deux enfants. Néanmoins, ceci ne semble pas suffisant au vu de la situation actuelle et le pays devra sans aucun doute passer à la vitesse supérieure. Dans un premier temps, la limite du nombre d’enfants par famille pourrait passer à trois comme c’est déjà le cas dans certaines provinces rurales. Le gouvernement chinois a indiqué avoir l’intention de mener une politique nataliste ayant pour objectif de soutenir les familles désirant avoir plusieurs enfants.

Néanmoins, le cadre de cette politique est plutôt vague et surtout inégalitaire. Le fait est qu’encore en 2021, les droits à l’assistance médicale concernent seulement les couples hétéros mariés. Ainsi, les femmes célibataires (ou en concubinage) n’ont pas accès à la fécondation in vitro ni à la congélation d’ovocytes. Or, les responsables de la santé en Chine ont indiqué que cela n’allait certainement pas évoluer dans un avenir proche. En effet, une femme ne peut pas avoir d’enfant en l’absence d’un père légal dans ce pays.

Le fait est que le gouvernement ne dissocie absolument pas le mariage de la parentalité. Ainsi, les mesures prévues iront dans ce sens. Par exemple, l’âge minimum légal pour se marier sera baissé. Aujourd’hui, les femmes peuvent se marier à vingt ans et les hommes à vingt-deux, mais cette limite pourrait tomber à dix-huit pour tous. La logique derrière cette mesure ? Se marier plus tôt et se sentir prêt à avoir des enfants de manière tout aussi précoce.