in

Le chirurgien qui opéra trois interventions majeures sur lui-même

Source : Imgur

Evan O’Neill Kane (1861-1932) est un chirurgien américain connu pour s’être auto-opéré de son appendicite sous anesthésie locale en 1921. Néanmoins, ce ne fut pas la seule intervention de ce genre. Au cours de sa carrière, le chirurgien a effectué trois opérations majeures sur lui-même, dont une amputation.

Né le 6 avril 1861, Evan O’Neill Kane était le fils du major général Thomas L. Kane, fondateur de la ville de Kane (État de Pennsylvanie) et d’Elizabeth Dennistoun Wood Kane, médecin. Au début des années 1880, il décida à son tour de faire carrière dans la médecine et obtint son diplôme à Philadelphie en 1884. Il devint ensuite chirurgien et passa la majorité de sa carrière au Kane Summit Hospital fondé avec son frère et sa mère.

Cela étant dit, Evan O’Neill Kane faisait partie de ces chirurgiens qui se « méfiaient » de l’anesthésie générale, conscient du risque et des complications potentielles inhérents à cette procédure. Il n’opérait de cette manière que lorsqu’il jugeait son utilisation réellement nécessaire. Autrement, il privilégiait l’anesthésie locale. Au cours de sa carrière, il effectua ainsi diverses interventions chirurgicales sur lui-même pour prouver aux autres que ces opérations pouvaient être effectuées sans anesthésie générale.

Trois opérations majeures

Il s’auto-opéra une première fois en 1919, en amputant l’un de ses propres doigts qui était infecté. Puis, deux ans plus tard, il dut subir une opération beaucoup plus grave et importante : une appendicectomie. À ce moment de sa carrière, le chirurgien avait déjà pratiqué plus de 4 000 de ces opérations et avait décidé qu’il était plus pratique et plus sûr de les opérer sous anesthésie locale. Il peinait cependant à convaincre ses patients. Désormais, il avait un volontaire : lui-même.

Le 15 février 1921, jour de l’opération, Evan O’Neill Kane soutint alors le haut de son corps avec un oreiller et installa des miroirs en face de lui pour avoir une vue correcte de la situation pendant l’intervention. Il s’injecta de la novocaïne et opéra tout en bavardant avec son équipe. Il réussit finalement à retirer son propre appendice et demanda à son frère (également médecin) de le refermer. Pas mal pour un chirurgien qui avait perdu un doigt deux ans plus tôt.

evan o'neill kane chirurgien
Le Dr Kane en 1932, à l’âge de 70 ans, en train d’opérer sa propre hernie inguinale. Crédits : Imgur

Puis, en 1932, âgé de 70 ans, il s’opéra d’une hernie inguinale contractée six ans auparavant alors qu’il montait à cheval (photo ci-dessus).

Au cours de cette opération compliquée, il continua à rire et plaisanter avant de reprendre son sérieux durant la partie la plus dangereuse de l’opération qui impliquait d’effectuer une suture sous son muscle abdominal, à quelques millimètres d’importants vaisseaux sanguins. L’opération dura une heure et cinquante-cinq minutes. Il retourna ensuite opérer trente-six heures plus tard.

Kane mourut finalement quelques mois plus tard d’une pneumonie non liée à ces opérations.