in

Il y a une décennie, un chercheur prédisait une crise en 2020

Les différentes cycles de Kondratiev aux 19e et 20e siècles Crédits : Rursus / Wikipédia

Alors que nous n’en sommes qu’à la moitié de l’année 2020, autant dire que l’humanité fait face à un chaos sanitaire, économique et évidemment social. En 2010, un certain Peter Turchin avait prévu que plusieurs catastrophes allaient toucher l’économie et les sociétés vers 2020.

Des « vagues récurrentes et prévisibles »

Peter Turchin est un scientifique russo-américain, spécialisé en mathématiques, en biologie et en anthropologie. Autrement dit, l’homme n’est pas un expert en sciences économiques ! Toutefois, son étude publiée dans la revue Nature, en 2010, a prédit la catastrophe économique actuelle. Dans son étude, Peter Turchin avait expliqué que de nombreux facteurs allaient converger pour exploser d’un coup. Il est notamment question d’une crise économique, d’une récession et d’une gronde sociale.

Le chercheur évoque des « vagues récurrentes et prévisibles » d’instabilité politique affectant les sociétés humaines complexes. Or, ces dernières ont été révélées par une analyse quantitative historique. Selon Peter Turchin, ces vagues ont un nom : les cycles Kondratiev. Mis en évidence par l’économiste soviétique Nikolai Kondratiev en 1926, les cycles de Kondratiev sont des cycles économiques qui durent 40 à 60 ans. Expliqués dans l’ouvrage Les vagues longues de la conjoncture, ces cycles comportent quatre phases : expansion, récession, dépression et amélioration.

Kondratiev vagues cycles
Les différents cycles de Kondratiev aux 19e et 20e siècles. Crédits : Rursus / Wikipédia

Un imprévu : la crise du Covid-19

Dans son étude de 2010, Peter Turchin évoquait la nécessité de « trouver des moyens d’améliorer les effets négatifs de la mondialisation sur le bien-être des gens ». L’intéressé évoquait également la possibilité de corriger les inégalités économiques, souvent accompagnées d’une dette publique. Il était notamment question de rendre plus progressifs les taux d’imposition.

Peter Turchin affirmait également que l’enseignement supérieur ne devrait pas s’étendre au-delà de la capacité de l’économie à absorber les diplômés universitaires. Selon lui, l’excès de jeunes diplômés a été l’une des principales source d’instabilité dans le passé. Ainsi, le chercheur estimait que la crise de 2020 était prévisible. Toutefois, il gardait un discours plutôt optimiste et pensait que les sociétés allaient pouvoir éviter la catastrophe. Visiblement, ses mises en garde n’ont pas suffit à éviter la crise actuelle.

En revanche, il est tout de même intéressant de savoir que Peter Turchin n’avait pas prévu la crise sanitaire du Covid-19. Or, il s’avère que la pandémie de coronavirus a non seulement mis à l’arrêt la machine économique mondiale, mais a aussi exacerbé des problèmes socio-économiques importants existant déjà depuis longtemps.

Enfin, au début du mois d’avril 2020 nous évoquions les propos de Jem Bendell, expert en développement durable. L’intéressé estimait que les troubles actuels liés au Covid-19 ne sont que les prémices de la catastrophe climatique à venir.