in

Pourquoi ce hacker s’est-il attaqué à l’Internet de Corée du Nord ?

Crédits : Needpix

Piraté par des espions basés en Corée du Nord, un chercheur en sécurité informatique américain a massivement riposté. En l’absence d’une action de la part du gouvernement de son pays, l’homme s’est lui-même vengé. Il a alors tout simplement attaqué les systèmes nord-coréens après y avoir décelé de nombreuses anomalies.

Le réseau terrassé par des attaques de déni de service

La guerre du futur se fera-t-elle principalement en ligne ? C’est probable. P4x est un hacker « white hat » et chercheur en sécurité informatique vivant aux États-Unis. Il a été interrogé par le magazine Wired le 2 février 2022 pour un fait d’arme mémorable contre la Corée du Nord. Actuellement, le réseau Internet du pays essuie en effet de nombreuses perturbations à cause de lui.

Selon P4x, la Corée du Nord a lancé une importante campagne de piratage en janvier 2021. La cible ? Les chercheurs en sécurité informatique ou plutôt leurs données concernant les vulnérabilités logicielles. Ainsi, comme d’autres, P4x a été victime d’une tentative de piratage. Seulement, voilà, l’homme n’a pas vraiment apprécié que les États-Unis n’aient pas haussé le ton face à cette campagne de hacking. Il s’est alors débrouillé seul pour se venger.

Après avoir dans un premier temps découvert de nombreuses failles dans les systèmes nord-coréens, il a ainsi lancé de son propre chef des attaques de déni de service (DoS) sur les serveurs et les routeurs sur la poignée de réseaux nord-coréens connectés à l’Internet mondial. L’objectif de ce genre d’attaque est de surcharger les réseaux afin d’impacter leur bon fonctionnement. Si ce type d’action est relativement simpliste, l’intérêt n’est autre que son efficacité et sa rapidité d’exécution.

corée du nord
Crédits : Friemann / iStock

Moins de trente sites Web en Corée du Nord

L’attaque a plusieurs fois causé des pannes au niveau des sites Internet de Corée du Nord. Néanmoins, la portée de cette action reste à relativiser pour une raison bien précise. En effet, il existe moins d’une trentaine de sites Web dans ce pays et il s’agit plutôt d’une sorte d’Intranet. Par ailleurs, ces sites sont principalement axés sur la propagande d’état et l’information édulcorée. Il faut dire que la Corée du Nord mène depuis longtemps une politique d’isolation et de censure.

Dans un rapport publié par Reporters sans frontières en 2012, la Corée du Nord a d’ailleurs été classée comme étant un ennemi d’Internet. Par le biais de ses attaques, P4x a donc voulu faire passer un message au gouvernement nord-coréen, mais également à celui des États-Unis qui s’est distingué par sa passivité dans cette récente affaire.