in

Exploration : la NASA pense déjà aux successeurs d’Ingenuity

Crédits : NASA/JPL

Il y a quelques jours, Ingenuity est entré dans l’histoire de l’aérospatial en planant au-dessus du cratère Jezero. Nous savons désormais qu’il est possible de voler sur Mars. De quoi libérer de nouvelles options de missions à l’avenir. Et la NASA y pense déjà.

Vous n’êtes pas passé à côté. Le 19 avril dernier, la NASA a réussi l’exploit de faire voler son petit hélicoptère Ingenuity sur Mars. Au cours de ce premier vol, le giravion s’est élevé à un peu plus de trois mètres pendant 39,1 secondes avant de se poser avec succès, selon les données de l’altimètre.

Les équipes d’Ingenuity ont ensuite réussi un second vol-test de leur petit hélicoptère le 22 avril dernier. Au cours de cette manœuvre, le giravion s’est élevé à environ cinq mètres du sol, avant de se déplacer latéralement sur quelques mètres. Puis un troisième vol il y a quelques jours, au cours duquel Ingenuity s’est déplacé sur environ cinquante mètres.

L’équipe de mission espère effectuer encore deux autres vols au cours de ces prochains jours. “Nous voulons vraiment savoir quelles sont ses limites, donc nous les repousserons délibérément“, a déclaré la responsable du projet d’Ingenuity MiMi Aung, du JPL, lors de la conférence de presse de lundi.

Ensuite, Perseverance pourra entamer ses premiers travaux scientifiques.

ingenuity
Photo prise le 22 avril 2021 de l’ombre d’Ingenuity projetée au sol. Crédits : NASA/JPL

La NASA tournée vers l’avenir

Ingenuity est un pionnier. Son vol motorisé permettra en effet d’ouvrir la voie à des engins plus gros et plus complexes. D’ailleurs, les membres de l’équipe de mission réfléchissent déjà à ce à quoi pourraient ressembler ces futurs hélicoptères martiens.

Bob Balaram, ingénieur en chef d’Ingenuity, du Jet Propulsion Laboratory de la NASA, imagine déjà des véhicules de taille” “très raisonnable” pouvant “peser de 25 à 30 kilogrammes“. Les premiers travaux de conception ont déjà commencé. “Nous travaillons à savoir ce qu’il nous faudrait pour les déployer et les faire fonctionner“, assure le chercheur.

Et si Ingenuity ne porte aucun instrument scientifique (mission de démonstration), ses successeurs ne partiront quant à eux pas les mains vides. Pour Bob Balaram, les plus gros hélicoptères que lui et son équipe imagineront pourront probablement transporter jusqu’à 4,5 kg de matériel de recherche. En revanche, sur le plan technique, les chercheurs ne pourront aller “plus loin” pour le moment.

Une fois déployés, ces nouveaux véhicules seront un vrai “plus” pour les futures missions. Ils pourront accompagner les futurs explorateurs martiens en permettant le transport ou la récupération de petites charges utiles. Ils pourraient également être utilisés pour repérer des itinéraires de traversée et permettre d’estimer le potentiel de plusieurs zones d’exploration autrement inaccessibles comme les falaises abruptes.

mars perseverance
Panorama martien capturé par le rover Perseverance. Crédits : NASA/JPL

Une “libellule” sur Titan

Cet avenir est encore assez flou. En réalité, la NASA n’a pas encore approuvé de missions supplémentaires d’hélicoptères sur Mars. En revanche, l’agence développe actuellement une mission similaire sur Titan, la lune géante de Saturne.

Pour cette mission appelée Dragonfly, un drone de trois mètres d’envergure se chargera d’explorer l’atmosphère de Titan. Celle-ci étant quatre fois plus dense que celle de la Terre et la gravité y étant sept fois plus faible, chaque “saut” de ce quadricoptère pourrait lui permettre de parcourir une quinzaine de kilomètres. Plusieurs instruments se chargeront alors d’analyser les différents éléments organiques de la lune.

Le giravion devrait être lancé en 2027 et atterrir sur la lune en 2035.