in

Fuite du vaisseau russe Soyouz : voici ce que nous savons

vaisseau soyouz fuite
Des particules d'ammoniac déversées dans l'espace depuis le Soyouz. Crédit : NASA TV

Une sortie dans l’espace russe a été annulée à la dernière minute le 14 décembre dernier suite à la découverte d’une fuite sur le vaisseau spatial Soyouz qui est amarré à la Station spatiale internationale (ISS). Que sait-on précisément de l’incident ?

Fuite d’ammoniac dans l’espace

Les cosmonautes Sergey Prokopyev et Dmitri Petelin, vêtus de leur combinaison, s’apprêtaient à sortir dans l’espace lorsque les contrôleurs de vol leur ont dit de stopper les opérations à cause d’une fuite repérée sur le vaisseau spatial Soyouz MS-22. Elle semblait provenir d’une boucle de refroidissement externe située à l’arrière de la capsule. Les images en direct de la NASA nous révélaient alors d’innombrables particules d’ammoniac s’échappant dans l’espace.

À aucun moment les membres de l’équipage de l’ISS n’ont été en danger. Cependant, cette fuite, qui représente l’un des incidents les plus graves de l’histoire du laboratoire orbital, soulève des questions sur la viabilité du vaisseau spatial Soyouz. Ce dernier doit en effet ramener sur Terre les cosmonautes Sergey Prokopyev, Dimitri Petelin et l’américain Frank Rubio au printemps prochain.

La Russie n’a jamais pu colmater la fuite. Celle-ci ne s’est finalement arrêtée qu’une fois les réserves de liquide de refroidissement épuisées, le 15 décembre dernier.

Immédiatement après, les contrôleurs de vol russes ont tenté d’utiliser le bras robotique européen qui est attaché au segment russe de la station pour observer l’arrière du Soyouz. La manœuvre n’a fourni aucune donnée concluante.

vaisseau soyouz fuite
Des particules d’ammoniac déversées dans l’espace depuis le Soyouz. Crédits : NASA TV

Plusieurs inspections

Le Soyouz est un vaisseau spatial robuste. A priori, cet incident ne devrait donc pas l’empêcher de se déconnecter de la station spatiale et de revenir sur Terre, mais pourra-t-il le faire en toute sécurité ?

Si les ingénieurs déterminent qu’il y a un problème, un Soyouz de remplacement devra s’amarrer à la station. Ces véhicules ont la capacité de se lancer et de s’accrocher de manière autonome. Cependant, cela signifierait que les trois membres d’équipage n’auraient aucun véhicule d’évacuation d’urgence jusqu’à l’arrivée de ce vaisseau de remplacement.

Par ailleurs, si les quatre autres astronautes à bord ont volé sur une capsule Crew Dragon de SpaceX en octobre, ce véhicule ne peut pas accueillir sept personnes pour un retour sur Terre.

La NASA a utilisé son bras robotique Canadarm2 de 17,6 mètres de long pour examiner de plus près le vaisseau spatial Soyouz au cours du week-end. Cette inspection visuelle a révélé un trou d’environ 0,8 mm de diamètre. Le système de refroidissement semble donc avoir été heurté par des débris de micrométéoroïdes.

Entre-temps, Roscosmos a également testé les propulseurs du vaisseau tôt vendredi matin pour déterminer s’il y avait des problèmes avec son système de propulsion. Ce test était nominal selon les sources.

Une possible surchauffe de l’avionique

La boucle de refroidissement externe du vaisseau spatial Soyouz MS-22 étant désormais inopérante, la plus grande préoccupation actuelle est la surchauffe des ordinateurs de vol (avionique). En effet, ces ordinateurs étant intégrés assez profondément dans le vaisseau, il est difficile de les refroidir avec l’atmosphère ambiante de la station en laissant la trappe ouverte. Or, ils sont d’une importance majeure pour assurer une entrée précise de la capsule sur son site d’atterrissage.

Par ailleurs,  l’ISS est actuellement en « bêta élevé », ce qui signifie qu’elle est continuellement illuminée par le Soleil. Au fil du temps, cela pourrait entraîner une surchauffe des ordinateurs de vol. Sans eux, la procédure pourra toujours être effectuée manuellement, mais la manœuvre est beaucoup plus risquée.

Pour cette raison, les autorités russes envisagent un départ anticipé de l’équipage du Soyouz MS-22 dès ce mois-ci. Pour l’heure, aucune décision définitive n’a été prise.

Brice Louvet

Rédigé par Brice Louvet

Brice est un journaliste passionné de sciences. Ses domaines favoris : l'espace et la paléontologie. Il collabore avec Sciencepost depuis près d'une décennie, partageant avec vous les nouvelles découvertes et les dossiers les plus intéressants.