in

L’Europe veut lancer ses propres astronautes dans l’espace

L'astronaute de l'ESA Thomas Pesquet photographié le 20 juin dernier à l'extérieur de l'ISS. Crédit : NASA

Un nouveau document signé par les ministres des vingt-deux États membres de l’Agence spatiale européenne (ESA) décrit cinq initiatives « urgentes » à développer. Parmi elles figurent la nécessité de développer un système de lancement d’astronautes européens et une mission vers Encelade, l’une des lunes de Saturne.

Ce nouveau document ouvre la voie à la prochaine réunion d’établissement du budget en novembre 2022. Au cours de ces prochaines années, l’Europe entend en effet donner un nouveau « coup de collier » dans son programme spatial en proposant des initiatives.

« À une époque de défis sans précédent auxquels l’Europe et le monde dans son ensemble sont confrontés, c’est le moment de contribuer avec des ambitions audacieuses et partagées aux solutions rendues possibles par l’espace« , écrivent ainsi les ministres qui se sont réunis à Matosinhos, au Portugal.

Dans le détail, le Manifeste propose trois initiatives visant à « accélérer l’utilisation de l’espace pour résoudre les plus grands défis d’aujourd’hui« .

Se préparer aux défis climatiques

La première se concentre sur l’amélioration de la capacité des satellites d’observation de la Terre dans le but de faire face à la crise climatique. Dans le cadre de cette initiative, le document propose également la création d’un « jumeau numérique de notre planète ». Plus précisément, il s’agirait de développer une réplique simulée de la Terre permettant d’effectuer des modélisations.

Au moyen de cet outil, les chercheurs seraient alors plus à même de prédire des événements naturels potentiellement catastrophiques tels que des inondations ou des épisodes de sécheresse des années à l’avance. Ce « jumeau numérique » serait également utilisé pour guider nos efforts visant à éliminer les émissions mondiales de CO2 d’ici 2050.

La seconde initiative rejoint un peu la première, appelant à une utilisation plus intensive des données collectées depuis l’espace pour faire face aux catastrophes naturelles. Enfin, la troisième initiative se concentre sur la nécessité de protéger les engins spatiaux avec et sans équipage contre les débris orbitaux et la météo spatiale.

debris spatiaux astronautes
Crédits : Agence Spatiale européenne (ESA)

Un système de lancement d’astronautes et des échantillons sur Encelade

Outre ces trois propositions, le rapport présente également deux propositions de missions. La première demande à l’Europe de mettre en place son propre système de lancement grâce à l’Agence spatiale européenne (ESA) pour envoyer ses astronautes dans l’espace. Rappelons en effet qu’actuellement, et depuis toujours, les astronautes européens dépendent des Américains et des Russes pour quitter la Terre. En ce sens, l’Europe aimerait être plus autonome dans son accès à l’espace.

Enfin, la seconde proposition de mission envisage l’envoi une sonde sur Encelade dans le but de rapporter des échantillons sur Terre. L’objectif principal d’un tel projet serait de rechercher des signes de vie extraterrestre. En ce sens, cette lune de Saturne paraît effectivement tout indiquée.

Rappelons que pour l’heure, ce document ne reste qu’une simple série de propositions. Certaines pourraient néanmoins obtenir le feu vert lors de la prochaine réunion d’établissement du budget l’année prochaine.