in

La civilisation occidentale peut-elle s’effondrer ?

new york USA time square
Crédits : johnkellerman / iStock

Dans un article, un anthropologue évolutionniste russo-américain a récemment expliqué qu’aujourd’hui, les sociétés sont de plus en plus résilientes face à un éventuel effondrement civilisationnel. Toutefois, bien que tout ne soit pas noir, le chemin que nous prenons n’est pas vraiment souhaitable et devrait d’après lui être corrigé.

Une méthode dite « cliodynamique »

Pour rappel, la collapsologie est un courant de pensée qui réunit de nombreuses disciplines, dont l’objectif est d’évaluer les risques d’un effondrement de la civilisation industrielle, ainsi que ses conséquences. Mais nos sociétés peuvent-elles vraiment s’effondrer ? L’anthropologue évolutionniste russo-américain Peter Turchin a publié un article sur le sujet dans le magazine New Scientist le 5 décembre 2023. Dans le cadre de ses travaux, il évalue les trajectoires des civilisations de leur apogée à leur chute. Dans cet article, l’homme traite notamment de la civilisation occidentale sous différents aspects : le dérèglement climatique, la polarisation politique, l’augmentation des inégalités ou encore les conflits violents.

L’expert a eu recours à une méthode cliodynamique, c’est-à-dire l’application de modèles mathématiques à des systèmes complexes afin d’en découvrir des schémas sous-jacents et des modèles récurrents. Peter Turchin a déclaré que cette méthode lui a permis de découvrir que l’instabilité politique violente suivait deux cycles : le premier culmine tous les demi-siècles et se superpose au second dont le pic se produit tous les deux ou trois siècles.

nations unies ONU
Crédits : 123ArtistImages / iStock

Un effondrement qui peut être évité

Il y a plus d’une dizaine d’années, Peter Turchin a appliqué sa méthode aux États-Unis et à l’Europe de l’ouest. Il a alors découvert que ces deux entités étaient déjà bien avancées en termes de crises. Ce spécialiste a même prédit une catastrophe au cours des années 2020, une vision qui semble selon certains se réaliser. Néanmoins, Peter Turchin n’est pas pessimiste et soutient que l’effondrement de l’occident n’est pas chose certaine. Au moyen d’une étude qui a permis de constituer une base de données (CrisisDB) concernant 200 cas de crises sur les 5 000 dernières années, l’expert et son équipe ont souligné que l’effondrement total d’une civilisation est finalement quelque chose d’assez rare.

« Lorsque mes collègues et moi avons examiné comment les crises se sont déroulées dans différentes sociétés au cours des 5 000 ans couverts par la base de données, nous avons constaté que les premiers États étaient bien plus fragiles que ceux qui ont suivi. Il existe un fort schéma empirique : plus nous nous rapprochons de notre époque contemporaine, moins les ruptures sociales et politiques résultant des crises deviennent sévères. », a déclaré Peter Turchin.

Si l’analyse de Peter Turchin peut redonner espoir, tout n’est pas encore joué. Afin d’éviter tout effondrement, il affirme en effet que des décisions devront être prises, principalement du côté des élites. Ces dernières devront se soucier du bien commun, sous l’impulsion de mouvements sociaux populaires dirigés par des individus nécessairement altruistes. L’expert a également suggéré quelques leviers d’action, à savoir une évolution en termes de taxation des élites, de salaire minimum, d’influence des syndicats ou encore d’universalité du droit de vote.