in

Des records de températures hivernales (chaudes) ont été enregistrés au Royaume-Uni

Crédits : Wikipedia

Le Royaume-Uni, comme le reste l’Europe occidentale, enregistre depuis quelques jours des températures printanières, quasiment estivales. Le lundi 25 février, un record est même tombé.

Vous l’avez remarqué, les températures sont plutôt clémentes ces derniers jours. Un dôme de haute pression s’est en effet installé en Europe occidentale pendant quasiment une semaine, obligeant de nombreuses personnes à ressortir les t-shirts, plut tôt que prévu. Le Royaume-Uni est également concerné. Des records de températures hivernales ont même été enregistrés au Pays de Galles.

À Trawsgoed le 25 février, le thermomètre affichait en effet une température de 20,6 °C, du jamais vu au Royaume-Uni à cette période. Ou même en hiver tout court. Une telle température serait jugée exceptionnellement chaude même au mois d’août dans cette région. La ville de Trawsgoed ne se situe en effet qu’à quelques kilomètres de la mer d’Irlande, à l’ouest de la Grande-Bretagne.

« À la fois agréable et terrifiant »

La température la plus élevée jamais enregistrée en février au Royaume-Uni avant ce nouveau record était de 19,7 °C, et avait été relevée le 13 février 1998. Et si de nombreuses personnes célèbrent ces températures estivales (comment leur en vouloir ?), d’autres font en revanche remarquer que cette météo exceptionnelle devrait, au contraire, être une source d’inquiétude.

« Il fait 19 °C à Londres aujourd’hui, et l’on se rapproche d’un nouveau record historique pour le Royaume-Uni en février. Il est déconcertant de constater qu’une journée chaude et ensoleillée puisse être à la fois agréable et absolument terrifiante », peut-on lire sur Twitter.

On note par ailleurs que ce nouveau record enregistré au Pays de Galles intervient quatre jours seulement après celui enregistré en Écosse. La ville d’Aboyne, à l’est du pays, relevait une température de 18,3 °C le 21 février dernier. Une vague de chaleur qui contraste avec la météo enregistrée au même moment, il y a un an. En février 2018, l’Europe occidentale frissonnait en effet sous un vent glacial venu tout droit de Sibérie (vous vous en souvenez ?).

Rappelons que, d’un point de vue plus général, ces quatre dernières années ont été les plus chaudes jamais enregistrées dans le monde moderne. Pour donner une idée plus précise du phénomène, les températures mondiales moyennes auraient augmenté d’environ 1 °C depuis 1880. « Le message clé est que la planète se réchauffe, avait alors déclaré Gavin Schmidt, directeur du Goddard Institute for Space Studies de la NASA. Et notre compréhension de la raison de ces tendances est également très solide. C’est à cause des gaz à effet de serre que nous avons rejetés dans l’atmosphère au cours des 100 dernières années ».

Source

Articles liés :

Le mégalodon était-il trop « chaud » pour survivre ?

Arctique Canadien : les températures estivales du dernier siècle seraient les plus chaudes depuis 115 000 ans

Prendre conscience de la hausse des températures depuis 1880 en 30 secondes