in

Découverte d’un embryon de dinosaure magnifiquement préservé

Crédits : Lida Xing

Un embryon de dinosaure trouvé à l’intérieur d’un œuf pondu à la fin du Crétacé jette un nouvel éclairage sur le lien entre le comportement des oiseaux modernes et des dinosaures. Les résultats de cette étude sont publiés dans la revue iScience.

Une découverte exceptionnelle

Des paléontologues de l’Université de Birmingham et de l’Université des géosciences de Chine détaillent la découverte exceptionnelle d’un embryon de dinosaure magnifiquement préservé. Ce fossile surnommé Baby Yingliang a été isolé dans les roches du Crétacé supérieur à Ganzhou, dans le sud de la Chine.

D’après les analyses, il s’agissait d’un dinosaure théropode appartenant au clade des oviraptorosaures. Ces derniers, étroitement liés aux oiseaux modernes, évoluaient en Amérique du Nord et en Asie il y a entre 72 et 66 millions d’années.

Ce magnifique embryon, l’un des plus complets jamais trouvés, a permis aux chercheurs de sonder les derniers stades de croissance et de développement de ce spécimen jusqu’à l’éclosion.

embryon dinosaure
Photo de l’embryon, l’un des mieux conservés jamais signalés. Crédits : Ma et coll., 2021

Un comportement de « repli »

Le corps de l’animal mesurait environ 27 cm de long de la tête à la queue et reposait à l’intérieur d’un œuf de 17 cm de long.

Toutefois, le plus intéressant reste son positionnement. Ce petit dinosaure avait en effet enfoui sa tête sous son corps, avec les pattes de chaque côté. Il avait également enroulé son dos le long de l’extrémité émoussée de l’œuf. En bref, cet embryon proposait une posture très similaire à celle des embryons d’oiseaux modernes et jusqu’alors inconnue chez les dinosaures.

Chez les oiseaux modernes, de telles postures sont liées au processus de repliement, un comportement contrôlé par le système nerveux central. Les embryons qui n’atteignent pas de telles postures présentent un risque plus élevé de mort. Ce processus est donc essentiel au succès de l’éclosion.

« Les embryons de dinosaures sont parmi les fossiles les plus rares et la plupart d’entre eux sont incomplets avec les os disloqués. Leur étude pourrait nous aider à répondre à de nombreuses questions sur la croissance et la reproduction des dinosaures », souligne Fion Waisum Ma, de l’Université de Birmingham. « Il est ici intéressant de voir cet embryon de dinosaure se positionne de la même manière à l’intérieur de l’œuf qu’un embryon de poulet, ce qui indique peut-être des comportements similaires avant l’éclosion. »

embryon dinosaure
Reconstruction de la vie d’un embryon de dinosaure oviraptorosaure proche de l’éclosion sur la base du nouveau spécimen « Baby Yingliang ». Crédits : Lida Xing.

Les chercheurs soupçonnent qu’un tel comportement avant l’éclosion, auparavant considéré comme unique aux oiseaux, pourrait en réalité avoir d’abord évolué chez les dinosaures théropodes il y a plusieurs dizaines ou centaines de millions d’années. Des travaux supplémentaires sur d’autres embryons fossiles seront en revanche nécessaires pour tester davantage cette hypothèse.