in

Dinosaures : une étude précise le moment de l’impact de l’astéroïde

Crédits : Chase Stone

Une étude pilotée par des chercheurs de la Florida Atlantic University précise que l’astéroïde responsable de la disparition des dinosaures et de 75 % de la vie sur Terre il y a 66 millions d’années a probablement frappé à la fin du printemps ou au début de l’été.

Il y a environ 66 millions d’années, probablement suite à un impact, une roche évoluant dans la ceinture d’astéroïdes entre les orbites de Mars et Jupiter s’est fait éjecter de son environnement, se retrouvant sur un chemin qui la mènera à croiser notre planète. Nous savons désormais que ce choc équivalent à dix milliards de bombes atomiques est à l’origine de l’extinction des dinosaures.

La masse, la vitesse et la trajectoire de cet astéroïde ont déterminé le lieu et l’époque de cet impact dévastateur. Concernant le lieu, nous savons que l’objet a frappé la côte est du Mexique, mais durant quelle période, précisément ?

Un site exceptionnel

Cette question pourrait paraître anodine. Elle est en réalité déterminante. « La période de l’année joue un rôle important dans de nombreuses fonctions biologiques telles que la reproduction, les stratégies d’alimentation, les interactions hôte-parasite, la dormance saisonnière et les schémas de reproduction« , souligne en effet Robert DePalma, principal auteur de ces nouveaux travaux. « Par conséquent, il n’est pas surprenant que la période de l’année pour un aléa de ce type à l’échelle mondiale puisse jouer un grand rôle dans la gravité de son impact sur la vie. »

Le moment saisonnier de l’impact de Chicxulub est longtemps resté une question critique. Et jusqu’à présent, la réponse à cette question était encore incertaine. Dans le cadre d’une nouvelle étude, dont les détails sont rapportés dans Scientific Reports, une équipe s’est chargée de le déterminer.

Pour cette recherche, les paléontologues se sont rapprochés du site de Tanis, dans le sud-ouest du Dakota du Nord. Retrouvé à plus de 3 000 km du cratère Chicxulub, il s’agit de l’un des sites frontaliers Crétacé-Paléogène (KPg) les plus détaillés au monde. Autrement dit, nous savons que les organismes fossilisés retrouvés sur place sont morts quelques minutes après que l’astéroïde ayant entraîné la chute des dinosaures ait frappé la Terre il y a 66 millions d’années.

dinosaures
Robert DePalma (à gauche) et Anton Oleinik (à droite), le coauteur de l’étude, photographiés sur le site du Dakota du Nord. Crédits: Florida Atlantic University
fossile dinosaures
Du verre fondu encore présent dans ce fossile de poissons mort il y a 66 millions d’années environ. Quelques minutes après l’impact de l’astéroïde. Crédits : Robert DePalma

Printemps-été

La structure et le modèle uniques des lignes de croissance dans les ossements de plusieurs poissons fossiles du site, semblables à un code-barres, ont notamment souligné que tous ces organismes étaient morts pendant la phase de croissance printemps-été. Une analyse isotopique de haute technologie de ces lignes de croissance a fourni une confirmation indépendante.

L’équipe a également étayé ses conclusions en examinant des poissons fossiles juvéniles au moyen du plus puissant faisceau de rayons X du monde (le grand accélérateur linéaire de l’Université Stanford).

La comparaison des tailles des plus jeunes poissons aux taux de croissance modernes a permis à l’équipe de prédire combien de temps après l’éclosion ces poissons avaient été enterrés. La comparaison avec les saisons de frai modernes connues leur a finalement permis de déduire quelle « plage saisonnière » était représentée sur le site de Tanis.