in

Covid-19 : le confinement aurait déjà sauvé plus de 2 500 vies en France

Crédits : geralt/pixabay

Une récente étude a évalué l’impact des mesures sanitaires prises dans 11 pays européens face à l’épidémie de Covid-19. En France, le confinement aurait déjà permis d’épargner 2500 vies ce mois-ci.

Suite à l’émergence du Covid-19 et de sa propagation hors des frontières chinoises, de nombreux pays européens durement touchés ont mis en place d’importantes mesures de restriction dans le but de “casser” la chaîne de transmission. Citons par exemple l’isolement des cas diagnostiqués et suspects, la fermeture des écoles et des “commerces non essentiels”, ou encore l’interdiction des rassemblements dans le but de favoriser la distanciation sociale.

Dans le cadre d’une récente étude publiée ce lundi, des chercheurs de l’Imperial College de Londres ont tenté de déduire l’impact de ces interventions dans 11 pays européens (Royaume-Uni, France, Espagne, Italie, Suisse, Danemark, Norvège, Suède, Allemagne, Belgique et Autriche). Ils sont également partis du principe que toutes les mesures mises en place étaient respectées, et que chaque intervention avait le même effet sur le nombre de transmission dans chaque pays et dans le temps.

Plus de 2 500 vies épargnées en France

En procédant par projections, les chercheurs ont alors estimé que sans ces mesures de restrictions, la France aurait compté ce mardi 31 mars un total de 5 600 morts, au lieu des 3 031 officiellement recensés. Ce qui représenterait plus de 2 500 vies épargnées. Au niveau européen les chiffres sont encore plus révélateurs. Durant tout le mois de mars, il ressort que les mesures de confinement pourraient avoir évité la mort de 59 000 personnes. À elles seules, l’Espagne et l’Italie pourraient avoir évité 16 000 et 38 000 décès supplémentaires, respectivement.

Le nombre de morts continue d’augmenter, mais nous observons les signes clairs des effets du confinement sur le nombre de personnes infectées ”, explique l’un des co-auteurs de l’étude Seth Flaxman, qui se base sur les chiffres publiés en temps réel par le Centre européen de prévention et de contrôle des maladies.

Encore plus de vies sauvées

Ces projections, même si elles restent approximatives, nous permettent aujourd’hui de mesurer l’influence de cette période de confinement sur le taux de mortalité du Covid-19.

Ces données, on le souligne, ne concernent que le mois de mars. Beaucoup plus de décès devraient être évités si les autorités s’assurent que les mesures de confinement restent en place le temps que la chaîne de transmission soit véritablement enrayée. On rappelle qu’en France,  ces mesures doivent normalement durer encore deux semaines supplémentaires, mais elles pourraient encore être prolongées davantage selon l’évolution de la pandémie.

Source