in

Cette start-up combat les insectes avec leurs propres phéromones !

Crédits : M2i

La jeune société française M2i porte une innovation qui pourrait bien représenter une alternative aux pesticides et autres produits chimiques dans l’agriculture. Il s’agit ici de “bio-contrôle végétal”. M2i utilise des phéromones reproduites en laboratoire afin de venir à bout de certains insectes s’attaquant aux cultures.

Des phéromones recréées en laboratoire

Les phéromones sont des substances chimiques olfactives que l’on peut comparer aux hormones. Celles-ci sont émises par la plupart des animaux – dont les insectes – et agissent tels des “messagers” entre les individus d’une même espèce. Les phéromones permettent d’échanger des informations jouant un rôle dans la physiologie et les comportements territoriaux, sexuels, maternels, etc.

Il faut savoir que les phéromones sexuelles utilisées par les femelles pour attirer les mâles font partie des mieux étudiées. Or, il est aujourd’hui possible d’isoler et de caractériser ces molécules. La start-up M2i, basée dans le sud de la France, recrée ces molécules en laboratoire. Ces mêmes molécules sont ensuite commercialisées auprès des exploitants agricoles recherchant des alternatives aux produits chimiques.

Comment cela fonctionne-t-il ?

Les phéromones obtenues en laboratoire permettent de lutter contre les insectes ravageurs de deux façons. La première se trouve sous forme de gel à déposer afin d’emprisonner les insectes. La seconde porte le nom de “confusion sexuelle” et consiste à diffuser des phéromones dans le but de perturber les mâles. Ainsi, ceux-ci ne parviennent plus à trouver les femelles pour se reproduire.

Les phéromones se déclinent donc sous forme de gel et en produit à pulvériser. Par ailleurs, M2i a imaginé – avec l’aide de l’INRA – des billes à tirer en utilisant un paintball ! Cette dernière technique permet notamment d’atteindre les arbres en hauteur.

Le charançon rouge du palmier (ou “tueur de palmier”)
Crédits : Wikipedia

Une solution inoffensive pour l’Homme

Chez M2i, pas moins de 60 phéromones différentes sont disponibles. Voici quelques exemples d’insectes concernés : la mineuse des agrumes, la pyrale du buis, le ver rose du coton, le charançon rouge du palmier, la carpocapse des pommes et poires ou encore la chenille processionnaire du pin. La start-up rappelle qu’il n’y a aucun danger pour l’Homme, les végétaux ou même les autres insectes. En effet, chaque phéromone est propre à chaque espèce !

Les solutions M2i sont d’ores et déjà exportées dans environ 25 pays, et ce depuis une poignée d’années. Leader en Europe dans le domaine, cette société désire désormais investir le marché des grandes cultures céréalières.

Sources : Le nouvel EconomisteFutura Sciences

Articles liés :

Les mouches qui n’éjaculent pas se tournent vers l’alcool

Les araignées ont-elles des personnalités qui leur sont propres ?

L’organisation sociale des fourmis, un véritable modèle !