in

Les mouches qui n’éjaculent pas se tournent vers l’alcool

Crédits : iStock

Une récente étude nous montre que les mouches des fruits mâles associent le sexe – et plus précisément l’éjaculation – à une expérience gratifiante. Une privation sexuelle semble par ailleurs affecter leur intérêt à consommer de l’alcool.

Personne n’a dit que la science devait être glamour. L’étude est ici sérieuse : comparés à un groupe de contrôle frustré, les insectes ayant éjaculé montraient moins d’intérêt pour l’alcool, soulignant les circuits neurologiques qui pourraient être impliqués dans la dépendance. « L’accouplement réussi est naturellement enrichissant pour les mouches mâles et augmente les niveaux d’un petit peptide dans le cerveau appelé Neuropeptide F », explique Galit Shohat-Ophir de l’Université Bar-Ilan en Israël. « Les mouches mâles qui sont sexuellement privées ont une motivation accrue à consommer de l’alcool comme récompense alternative ».

Les chercheurs se sont ici appuyés sur des instruments optogénétiques. Ces outils permettent aux chercheurs de concevoir génétiquement des mouches des fruits, de sorte qu’il est possible d’activer des neurones particuliers avec la lumière. Dans leurs études, ils ont utilisé des mouches dans lesquelles les neurones exprimant la corazonine neuropeptide (CRZ) pouvaient être activés par l’exposition à la lumière rouge. Des preuves antérieures montrent que dans l’abdomen de la mouche, les neurones CRZ déclenchent la libération de sperme et de liquide séminal. En examinant les insectes de cette façon, les chercheurs ont pu explorer les récompenses associées à l’éjaculation en dehors des autres aspects d’une rencontre sexuelle.

« Nous voulions savoir quelle partie du processus d’accouplement implique la valeur enrichissante pour les mouches », dit Shohat-Ophir. « Les actions que les mâles exécutent pendant la parade nuptiale ? Les phéromones d’une femelle ? La dernière étape de l’accouplement qui est la libération de sperme et de liquide séminal ?». Pour savoir si l’éjaculation produisait chez les mouches mâles une réponse immédiate et agréable, les chercheurs ont utilisé un récipient dans lequel un côté émettait une lumière rouge, pour déclencher l’activation optogénétique des neurones CRZ. Ils ont ensuite suivi les mâles pour savoir où ils choisissaient de passer leur temps. Ces expériences ont montré que les mouches ont montré une forte préférence pour la lumière rouge, ce qui implique que l’éjaculation en soi est une expérience enrichissante.

Crédits : Pixabay / skeeze

Les chercheurs ont ensuite entraîné les mouches à associer la lumière rouge et l’éjaculation avec une odeur particulière. Ils ont ensuite testé si les mouches préféraient l’odeur qui leur a rappelé cette expérience passée de l’éjaculation. Et ce fut également le cas.

Après quelques jours d’activation répétée des neurones CRZ, les mâles des mouches des fruits avaient des niveaux élevés de neuropeptide F dans leur cerveau, similaires aux mâles qui s’accouplaient avec des partenaires femelles. Lorsque ces mâles avaient le choix entre des aliments liquides et des aliments liquides enrichis d’alcool, ils préféraient les aliments non alcoolisés. En revanche, les mouches témoins et les mâles artificiels non exposés à la lumière rouge préféraient l’alcool.

« Les principes par lesquels les processus cérébraux sont récompensés sont extrêmement conservés chez tous les animaux, c’est une machinerie de base quotidienne qui aide les animaux à survivre », poursuit le chercheur. « Les drogues dans le cerveau utilisent les mêmes systèmes utilisés pour traiter les récompenses naturelles, ce qui nous permet d’utiliser des organismes modèles simples pour étudier certains aspects de la toxicomanie, notamment l’interaction entre les récompenses naturelles et médicamenteuses et le lien entre l’expérience qui sous-tend le risque de développer une toxicomanie ».

Dans l’ensemble, les résultats de l’expérience indiquent que lorsque des changements gratifiants dans le système nerveux ne suffisent pas, un animal peut se tourner vers des solutions alternatives pour combler le déficit. En comprenant ce qui nous rend heureux, nous pourrions alors trouver de meilleurs moyens de traiter d’autres comportements addictifs plus dangereux.

Vous retrouverez tous les détails de cette étude dans la revue Current Biology.

Source

Les mouches qui n’éjaculent pas se tournent vers l’alcool
Notez cette actu

Written by Brice Louvet

Passionné par les sciences, et relations humaines, je partage avec vous les nouvelles découvertes, des situations les plus insolites aux dossiers les plus intéressants



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Bientôt un médicament à base de marijuana contre l’épilepsie ?

Seuls 5% des terriens respirent un air sain !