in

Cette jeune fille de 9 ans est la première victime officielle de la pollution de l’air au Royaume-Uni

Crédits : The Ella Roberta Family Foundation

La justice britannique a récemment rendu un verdict sans précédent dans le pays. La décision finale a été favorable à une fillette de 9 ans décédée il y a plusieurs années d’une grave crise d’asthme. Selon ce verdict inédit dans le pays, la pollution atmosphérique a également contribué au décès de la jeune fille.

Nouvelle mention sur le certificat de décès

En 2013 à l’âge de seulement 9 ans, la petite Ella Kissi Debrah perdait la vie suite à une grave crise d’asthme. Ce décès faisait suite à trois années d’importants problèmes respiratoires, comme l’expliquait le quotidien britannique The Guardian le 16 décembre 2020. Ce jour-là, l’officier de police (coroner) en charge de l’établissement les causes des morts violentes a reconnu que la pollution atmosphérique avait contribué au décès de la jeune fille.

Pour le coroner, l’insuffisance respiratoire aiguë en raison d’un asthme sévère n’est pas seule en cause du décès. Une exposition chronique à des niveaux de pollution élevés a également joué un rôle. Or, la justice n’avait pas apporté cette conclusion en 2014 lors du premier jugement. Désormais, le certificat de décès de la petite fille comportera une nouvelle mention, et ce après sept années de combat.

Un verdict inédit au Royaume-Uni

La défunte vivait à Lewisham, dans le sud-est de Londres près de la South Circular Road, une voie routière très fréquentée. Durant son enquête, le coroner a constaté les niveaux de pollution de l’air près du logement de la famille. Or, ceux-ci dépassaient les limites fixées par l’Union européenne sur la base des recommandations de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS). Évoquons également le fait que ces constatations ont été possibles grâce à des données sur les trois années précédant le décès.

South Circular Road london
La South Circular Road de Londres (en vert) et la North Circular Road (en rouge).
Crédits : Cnbrb/Wikipedia

Ce verdict inédit au Royaume-Uni représente une véritable victoire, notamment pour Rosamund Adoo-Kissi-Debrah, la mère de la petite Ella. L’intéressée a depuis créé une fondation ayant pour mission d’améliorer la vie des enfants souffrant d’asthme. Aujourd’hui, elle défend la santé et la qualité de l’air auprès de l’OMS.

L’organisation estime à environ 4,2 millions par an le nombre de décès en raison de la pollution de l’air. De plus, 91 % de la population mondiale subit des taux de pollution dépassent les directives. Par ailleurs, The Guardian rappelle qu’entre 28 000 et 36 000 personnes meurent au Royaume-Uni. En France selon un article publié par Le Monde en 2019, ce nombre avoisinerait les 50 000 par an.