in

Cette brique vivante peut se régénérer en consommant du CO2 !

Crédits : PxHere

Le constat n’est plus à faire, la production de ciment est très polluante. Toutefois, la science continue de chercher des solutions. Des chercheurs américains pensent avoir mis au point une technique qui pourrait avoir son mot à dire dans le futur. Ceux-ci ont imaginé des briques vivantes capables de consommer du CO2 pour se développer.

Des briques vivantes !

Divers architectes imaginent la maison du futur. Néanmoins, la question des matériaux de construction est très importante. Citons le béton, composé de sable, de graviers, d’eau et de ciment. Celui-ci est anti-écologique, surexploitant le sable marin avec des effets néfastes sur la biodiversité. Quant au ciment, il est produit avec des cendres et des résidus industriels. Il s’agit là d’une importante source d’émission de CO2.

Dans leur étude parue dans la revue CELL le 15 janvier 2020, les chercheurs de l’Université du Colorado à Boulder (États-Unis) ont dévoilé leur innovation. Il est question de produire des briques de construction vivantes, capables de se reproduire tout en ayant une empreinte carbone honorable.

Un matériau très intéressant

Concrètement, les meneurs de l’étude ont inoculé des cyanobactéries du genre Synechonoccus dans une solution de sable et d’hydrogel. Ces mêmes bactéries vont alors se servir du soleil, des nutriments et du CO2 pour produire du carbonate de calcium. Résultat ? Une minéralisation de l’hydrogel qui va se lier au sable pour former une brique !

Le procédé semble donner un matériau très intéressant. En effet, les briques présentent une très bonne résistance à la fissuration. De plus en théorie, il est possible de faire se reproduire ces briques en les coupant en deux et en les plongeant dans le même mélange initial de sable et d’hydrogel. Ceci pourrait ainsi donner lieu à un nouveau type de fabrication industriel.

proceddé fabrication brique bactérie
Procédé de fabrication de ces briques vivantes.
Crédits : Biomineralization and Successive Regeneration of Engineered Living Building Materials, 2020

Encore quelques efforts

Afin que ce nouveau type de brique puisse s’imposer en construction, les chercheurs doivent encore régler quelques détails. Par exemple, il incombe d’améliorer sa solidité. En effet, la brique est pour l’instant seulement aussi solide qu’un ciment à faible résistance. Par ailleurs, les bactéries ont besoin d’un environnement humide pour survivre. Autrement dit, les régions trop sèches ne peuvent pas accueillir ce type de solution. Néanmoins, les chercheurs pensent déjà à générer des bactéries plus résistantes.

Les meneurs de l’étude rappellent qu’il s’agit des débuts de cette technologie. Il faudra donc se montrer patient avant que celle-ci ne devienne éventuellement un standard. Dans un futur plus ou moins proche, nous aurons peut-être des briques durables capables de réparer leurs fissures avec efficacité !

Articles liés :

Construction : voici plusieurs surprenants concepts de briques écologiques

Ce béton écolo a été obtenu via une sorte de ciment écologique !

Des étudiants fabriquent des briques biologiques avec de l’urine ! Un nouvel or liquide ?