in

Ces numérisations laser 3D faites en 2015 aideront à reconstruire Notre-Dame de Paris

Numérisation en 3D de l'édifice. Crédits : Andrew Tallon / Vassar College via National Geographic

Le monde entier s’est ému lundi soir en observant, impuissant, les flammes ravager la cathédrale Notre-Dame. La reconstruction du bâtiment pourrait prendre une vingtaine d’années. Peut-être moins, grâce à des travaux de numérisation opérés en 2015.

Il y a environ quatre ans en effet, l’historien d’art Andrew Tallon, du Vassar College, enregistra chaque détail architectural du bâtiment au moyen d’une imagerie laser. À la base, les données relevées nous ont permis d’apprécier l’ingéniosité des bâtisseurs de Notre-Dame au cours du XIIIe siècle. Mais ces données récoltées pourraient également s’avérer très précieuses, fournissant un modèle de base pour la reconstruction de l’édifice historique. Mais de quoi parle-t-on exactement ?

Numérisations laser 3D

Pendant des siècles, les seuls outils dont les architectes disposaient pour mesurer les bâtiments étaient très simples – bien que suffisants. Des cordes, des règles, quelques crayons et des fils à plomb. En revanche, la technologie nous permet aujourd’hui de passer outre ces instruments “primitifs”, en nous appuyant sur l’imagerie laser. L’idée générale consiste à placer un laser sur un trépied au centre de la cathédrale. Le laser balaie ensuite la zone dans toutes les directions. Lorsqu’il touche une surface, le faisceau rebondit et enregistre son emplacement exact et sa distance.

Chaque mesure est alors enregistrée sous la forme d’un point de couleur. Au final, des millions de points combinés forment un instantané tridimensionnel et extrêmement précis de la cathédrale, et les images obtenues sont méticuleusement précises. À cinq millimètres près, selon Andrew Tallon.

Notre-Dame
Notre-Dame, témoin de tant d’événements majeurs de notre histoire. Crédits : Pixabay

Notre-Dame va se relever

Un tel rapport de données sera donc sans aucun doute apprécié lorsque viendra l’heure de penser les nouveaux plans. Côté finances, rappelons que depuis lundi soir, les dons affluent pour la reconstruction de la cathédrale. Les familles Pinault, Arnault et Bettencourt ont d’ores et déjà débloqué à elles seules un demi-milliard d’euros. Ajoutez à cela les dons d’autres entreprises et d’anonymes, et nous approchons déjà (ce mercredi) le milliard d’euros de dons.

On note également qu’en dépit des dégâts enregistrés, la plupart des artefacts inestimables et la structure en pierre de la cathédrale sont restés intacts. Au final, seul le temps dira combien d’années il faudra pour redonner à Notre-Dame sa gloire d’antan. Mais, malgré le désastre de lundi et les siècles d’histoire partis en fumée, l’espoir quant à la reconstruction prochaine de la cathédrale ne peut être que meilleur.

Source

Articles liés :

Les robots constructeurs révolutionnent l’industrie du bâtiment

Quelle taille ferait un bâtiment qui abriterait toute l’humanité ?

Corée du Sud : un musée de la robotique fabriqué par des machines