in

Un astronaute testera la fabrication d’un miroir liquide dans l’espace

Vue d'artiste d'un télescope spatial construit avec une lentille liquide. Crédits : Studio Ella Maru

Un astronaute de la mission privée Ax-1 testera bientôt le processus de fabrication d’un miroir de télescope liquide dans l’espace. La méthode consiste à façonner des lentilles à partir de polymères en milieu de microgravité. À terme, ce type d’approche pourrait permettre le développement de télescopes spatiaux beaucoup plus grands, et donc beaucoup plus puissants.

Le 8 avril dernier, SpaceX et la société privée Axiom Space ont marqué l’histoire de l’aérospatial avec le lancement d’Ax-1, la première mission entièrement privée vers la Station spatiale internationale. Son commandant n’est autre que l’ancien astronaute de la NASA Michael López-Alegría. Il est accompagné de trois autres passagers nommés Larry Connor, Mark Pathy et Eytan Stibbe. Tous sont arrivés à bord d’une capsule Crew Dragon lancée par une fusée Falcon 9.

Au cours de leur séjour, qui doit durer dix jours, ces quatre membres d’équipage, désormais considérés comme astronautes, mèneront des recherches scientifiques. Parmi ces expériences, il en est une qui pourrait aider la NASA à construire des télescopes spatiaux plus grands que jamais.

Des lentilles à partir de polymères liquides

La Fluidic Telescope Experiment (FLUTE) est un programme conçu pour étudier l’utilisation de liquides pour construire des lentilles de télescope. À bord de l’ISS, Eytan Stibbe, le spécialiste de mission Ax-1, effectuera une expérience pour démontrer la technologie en créant une lentille à partir de polymères liquides et en la durcissant avec une lumière ultraviolette ou la température. Le fait d’opérer cette expérience à bord de l’ISS permettra au chercheur de s’appuyer sur la microgravité pour aider à la mise en forme de la lentille.

Le processus est en réalité plutôt simple, semblable à la création d’ongles en acrylique dans un salon. D’ailleurs, la technique pourrait même être plus simple que les processus de production de lentilles actuels. « Cette méthode nous permet de sauter complètement tous les processus mécaniques tels que le meulage ou le polissage« , note en effet Moran Bercovici, professeur agrégé de génie mécanique à l’Institut israélien de technologie. « La physique naturelle des fluides fait simplement tout le travail pour nous. »

Si l’expérience réussit, il s’agira du tout premier composant optique jamais fabriqué dans l’espace.

lentille liquide télescope
Les quatre membres de l’équipage privé Axiom-1 se joignent aux sept membres de l’équipage Expedition 67 de l’ISS le 9 avril dernier. Crédits : NASA.

L’équipe de recherche, qui comprend des scientifiques du centre de recherche Ames de la NASA, a déjà démontré la faisabilité de la technologie sur Terre, d’abord en microgravité simulée dans un bassin d’eau, puis lors d’un vol parabolique Air Zero G, qui offrait aux chercheurs des périodes de microgravité de quinze à vingt secondes. Ensuite, la gravité terrestre était de nouveau entrée en jeu.