in

Amazon signe pour 18 lancements avec Ariane 6

Vue d'artiste d'une Ariane 6 dans sa version à quatre boosters. Crédits : ESA

Amazon vient d’annoncer le plus gros accord de lancement commercial jamais réalisé. La société a en effet déclaré avoir finalisé des accords avec trois sociétés pour un total de 83 lancements visant au déploiement de sa constellation de satellites Internet. Dix-huit d’entre eux seront opérés par le lanceur Ariane 6.

La constellation Kuiper

Depuis quelques années, SpaceX développe son projet Starlink, visant à fournir une connectivité Internet à large bande depuis l’espace. La société d’Elon Musk n’est cependant pas la seule entreprise à viser Internet depuis l’espace. OneWeb est en effet également sur le coup, tout comme Amazon et son projet Kuiper. Cette constellation sera constituée de 3236 satellites lancés au cours de ces prochaines années.

En avril dernier, la société avait en effet déclaré que les neuf premiers satellites du projet seraient lancés sur des fusées Atlas V, de United Launch Alliance (ULA). En réalité, deux autres sociétés (Blue Origin (évidemment) et Arianespace) se partageront les parts d’un gâteau de 83 lancements.

Dans le détail, United Launch Alliance a signé pour 38 lancements (en plus des neuf autres) avec sa future fusée Vulcan, tandis qu’Arianespace a signé pour dix-huit lancements. Ces derniers se feront avec la fusée Ariane 6, toujours au cours de développement. Les autres lancements se feront à bord du lanceur New Glenn de Blue Origin, lui aussi toujours en développement.

« Grâce à cet accord, Amazon acquiert une quantité extraordinaire de capacité de lancement moyen et lourd au cours des cinq prochaines années, achetant des lancements à tous les principaux fournisseurs occidentaux, à l’exception de son concurrent direct par satellite, SpaceX« , souligne Ars Technica.

new glenn blue origin
Illustration d’artiste du New Glenn, le futur lanceur lourd de Blue Origin. Crédits : Blue Origin

Aucun des lanceurs n’est opérationnel

La valeur de l’ensemble de ces contrats n’a pas été divulguée, mais certains experts estiment que la note pourrait tourner autour des dix milliards de dollars. Si le contrat reste juteux pour les différents prestataires, il n’en demeure pas moins qu’aucun d’entre eux ne peut rivaliser avec le Falcon 9 de SpaceX en termes de prix ou de cadence de lancement. Amazon paie ici probablement au moins trois fois plus par lancement et aucune des trois fusées choisies par Amazon n’a fait ses preuves en vol.

En attendant ces lancements de satellites opérationnels, Amazon prévoit le déploiement de deux premiers prototypes au quatrième trimestre 2022. Baptisés KuiperSat-1 et KuiperSat-2, ils seront lancés sur une nouvelle fusée expérimentale appelée RS1, actuellement développée par la startup ABL Space Systems (Californie).