in

Peut-il y avoir de la vie autour des pulsars ?

Illustration artistique / Crédits : Nasa

Théoriquement, il serait possible que des planètes habitables puissent orbiter autour des pulsars. Telle est a conclusion d’une étude publiée dans la revue Astronomy & Astrophysics. Néanmoins, ces planètes devraient être munies d’une énorme atmosphère.

Les pulsars sont connus pour leurs conditions extrêmes. Ces étoiles à neutrons de seulement 10 à 30 kilomètres de diamètre présentent en effet d’énormes champs magnétiques, accumulent de la matière et “pulsent” régulièrement de grandes quantités de rayons X et d’autres particules énergétiques. Alessandro Patruno, de l’Université de Leiden aux Pays-Bas, et Mihkel Kama, de l’Université de Cambridge, suggèrent malgré tout qu’il pourrait y avoir une vie à proximité de ces étoiles. Ces planètes devraient toutefois avoir une énorme atmosphère pouvant convertir les rayons X mortels et les particules de haute énergie qui émanent du pulsar.

C’est la première fois que des astronomes tentent de calculer des zones dites “habitables” à proximité d’étoiles à neutrons. Les calculs montrent ici que cette zone peut être aussi grande que la distance entre la Terre et le Soleil, soit environ 150 millions de kilomètres. Une hypothèse importante est que la planète devrait être une super-Terre avec une masse comprise entre 1 et 10 fois celle de la notre. Une planète plus petite perdrait son atmosphère en quelques milliers d’années seulement. Celle-ci devrait par ailleurs être un million de fois plus épaisse que celle de la Terre. Alors les conditions en surface pourraient ressembler à celles retrouvées chez nous, en mer profonde.

Les astronomes se sont pour cette étude appuyés sur le pulsar PSR B1257 + 12, que vous retrouverez à environ 2 300 années-lumière de la Terre dans la constellation de la Vierge. Ils ont utilisé le télescope spatial Chandra, spécialement conçu pour observer les rayons X. Trois planètes tournent autour du pulsar, et deux d’entre elles sont des super-Terres avec une masse de quatre à cinq fois celle de la planète bleue. Celles-ci orbitent assez près du pulsar pour se réchauffer. Selon les calculs, « la température des planètes pourrait notamment permettre la présence d’eau liquide en surface, bien que nous ne sachions pas encore si les deux super-Terres ont une atmosphère appropriée », note Alessandro Patruno.

À l’avenir, les astronomes aimeraient observer le pulsar plus en détail et le comparer avec d’autres. Le télescope ALMA, de l’Observatoire européen austral, pourrait notamment déceler la présence de disques de poussière autour des étoiles à neutrons. De tels disques supposeraient la présence éventuelle de planètes.

Notons que la Voie lactée contient environ 1 milliard d’étoiles à neutrons, dont environ 200 000 sont des pulsars. Jusqu’à présent, 3 000 pulsars ont été étudiés et seulement 5 planètes à pulsar ont été découvertes.

Source