in

Il y a 110 ans, nous aurions pu observer l’explosion de deux naines blanches

Crédits : © Nasa, CXC, NCSU, DSS

Les astronomes lui donnaient 150 ans, elle n’en a que 110 ! D’après une récente étude, l’explosion de la supernova G1.9+0.3 serait donc plus jeune que prévu. Démasquée en 2008, la supernova est la plus récente survenue dans notre Galaxie.

La dernière fois que des Terriens virent l’explosion d’une étoile au sein de notre Voie Lactée, c’était en l’an 1604. Depuis, il semblerait qu’aucune étoile massive de notre Galaxie n’ait jamais explosé violemment. En réalité, il y a en a bien eu une, mais elle s’est tellement bien cachée que nul ne l’avait remarqué.

Ce n’est qu’en 2008 qu’elle fut débusquée par le VLA (Very Large Array) et X avec Chandra. Selon les dernières recherches publiées le 1er mars dans l’Astrophysical Journal, l’étoile aurait explosé non pas il y a 150 ans, mais il y a seulement 110 ans. Notons que ces dates correspondent à l’âge d’observation de la supernova, et non pas à son âge absolu, G1.9+0.3 étant distante de près de 28 000 années-lumière.

© Nasa, CXC, NCSU, DSS
© Nasa, CXC, NCSU, DSS

G1.9+0.3 est une supernovae de type Ia. Ces dernières apparaissent dans des systèmes binaires associés à des étoiles qui finissent par “siphonner” la matière de leur compagnon au point de devenir instable et exploser. Mais invisible à l’oeil nu en 1906, tellement bien cachée derrière des nuages de poussière très denses au cœur de la Voie lactée (dans le Sagittaire), G1.9+0.3 fut néanmoins trahie par l’augmentation de l’intensité des ondes radio et les rayons X qui ont permis aux chercheurs sa détection en 2008. Plus récemment, les astrophysiciens ont pu reconstituer l’évolution de ses débris et déterminer, en accord avec leur modèle, ce qui a pu déclencher l’explosion : il s’agirait d’une collision entre deux naines blanches.

Les naines blanches, vestiges d’étoiles similaires au Soleil, sont à l’origine des supernovae de type Ia. En accumulant de la matière autour de leur noyau, elles s’effondrent en atteignant une masse limite. Dans le cas de G1.9+0.3, c’est l’addition de la matière de deux naines blanches qui a mené à cet effondrement stellaire.

Source : Futurasciences

Notez cet article