in

Voici Green Turtle, un robot intelligent chasseur de déchets marins !

Crédits : ESTACA

Collecter les déchets marins, telle sera la mission du robot Green Turtle, issu d’un projet français. Comme son nom l’indique, ce robot prendra la forme d’une tortue. Or, il s’agit également de rappeler que les trois quarts des tortues marines ingèrent du plastique !

Nettoyer les ports en premier

Ce n’est pas nouveau, les déchets plastiques sont un véritable fléau. En mer, il s’agit de gros déchets très souvent rejetés par les navires de commerce. Or, ceux-ci se dégradent en fines particules : les microplastiques. Il est donc indispensable de collecter les morceaux imposants afin d’éviter leur dégradation.

Comme l’explique France 3 régions, une équipe de l’École supérieure des techniques aéronautiques et de construction automobile (ESTACA) a imaginé un robot-tortue. Baptisé Green Turtle, celui-ci aura pour mission de détecter et collecter les déchets plastiques dans les océans. Toutefois, il s’agira dans un premier temps de nettoyer les ports. Baptiste Jagoury, un des concepteurs, explique que les ports sont des lieux quasi fermés où se concentrent les déchets. Par ailleurs, les bateaux y circulent lentement et les prédateurs de tortue sont absents. Ainsi, le robot pourra y évoluer à sa guise et piéger les déchets dans sa cavité.

« S’il repère un plastique, il sort du mode nage aléatoire pour entrer dans la phase de traque : il se rapproche du déchet, l’ingurgite puis revient à la phase de nage. Une fois plein, il revient à son point de départ, déverse ses déchets et recharge ses batteries » a déclaré Baptiste Jagoury.

robot tortue
Crédits : ESTACA

Sonars et capteurs LIDAR

Le robot Green Turtle mesure 1 m de long pour 2,5 m de large, lorsque ce dernier déploie ses nageoires pour une vitesse moyenne de 6 km/h. Par ailleurs, la machine ne représentera pas un futur déchet. En effet, sa coque et ses nageoires sont en plastiques biosourcés et biodégradables. Surtout, le robot sera doté de sonars lui permettant de repérer la paroi des bateaux et de capteurs LIDAR pour détecter les déchets dans un rayon de 5 mètres. Citons également le fait que le Green Turtle évoluera à une profondeur comprise en 10 et 20 mètres.

Pour les futurs ingénieurs de l’ESTACA, le fait que le robot prenne l’apparence d’une tortue n’est pas un hasard. En effet, parmi tous les animaux marins, la tortue fait partie de ceux ayant le meilleur capital sympathie. De plus, il s’agit d’une occasion de rappeler que 75 % des tortues marines ingèrent du plastique. Enfin, les concepteurs ont d’ores et déjà achevé leur étude théorique. Ces derniers travaillent actuellement à la mise au point d’un prototype prévu pour septembre 2020.