in

Voici Flex, l’innovation qui va réconcilier le sexe et les menstruations !

Crédits : flexfits.com

Une start-up a réuni la somme d’1 million de dollars pour lacer un produit encore inédit : le disque menstruel. La Silicon Valley s’intéresse-t-elle réellement à la santé des femmes ?

Il s’agit peut-être d’une prochaine révolution. En tout cas, la Silicon Valley pousse une entreprise prometteuse du nom de Flex. Cette dernière a, selon le site Tech Crunch, réuni une somme d’1 million de dollars afin de racheter son seul concurrent potentiel : Softcup.

La start-up Flex vient de lancer le disque menstruel, une alternative à l’habituel tampon. Ce dernier, qui se cale dans le vagin, ne permet pas de relations sexuelles, mais avec le disque menstruel qui se place juste en dessous du col de l’utérus, il n’y a aucune restriction ! Ainsi, ce produit trouve son principal attrait dans la réconciliation entre le sexe et les périodes de règles.

Cependant, un second intérêt existe bel et bien, et celui-ci a une sacrée importance. En effet, le disque menstruel n’expose pas les femmes au syndrome du choc toxique comme les tampons traditionnels. Cette maladie infectieuse entraine des complications qui peuvent causer la mort. Divers accidents ont récemment causé une polémique virale sur Internet, tandis que les femmes ont logiquement réclamé de meilleurs produits, une requête qui fait écho, surtout devant le silence des industriels quant à la composition des tampons.

L’ingénieure américaine Ridhi Tariyal est à l’origine de ce projet, cherchant à l’origine une solution pour collecter du sang afin de pratiquer des tests médicaux liés à des questions de fertilité. Peu après, l’intéressée a eu l’idée de concevoir ce que l’on pourrait appeler le « tampon du futur », selon le New York Times.

La start-up Flex a le mérite de s’intéresser à des problématiques jusqu’ici plutôt ignorées par les industriels. Lauren Schulte, PDG de Flex, estime que les femmes « réclament de meilleurs produits. Les investisseurs commencent à réaliser que la sphère de la santé féminine n’est pas qu’un marché de niche ».

Sources : SlateStylistic

Crédit photos : Flex